Ligue 1: Stéphane Martin propose d'envoyer les arbitres dans les clubs pour qu'ils progressent

FOOTBALL Le président des Girondins de Bordeaux a trouvé la solution pour améliorer l’arbitrage français…

C.C.

— 

Stéphane Martin a vécu son premier mercato.
Stéphane Martin a vécu son premier mercato. — Nicolas Tucat

Près de 48 heures après le match nul cruel de son équipe face à l’Olympique de Marseille (1-1), Stéphane Martin ne décolère toujours pas après l’arbitrage de Benoît Millot. Le président bordelais en remet une couche, ce mardi, dans l’Équipe.

Mais contrairement à son actionnaire M6 et Nicolas de Tavernost, Stéphane Martin ne fait pas que critiquer l’arbitrage français, il tente aussi d’apporter des solutions. Ce qui est rare pour être relevé. Il fait notamment cette proposition : « Pourquoi ne pas leur permettre de s’entraîner dans des clubs, où les structures sont quand même performantes ? » L’objectif étant que les arbitres soient confrontés au quotidien à des situations qu’ils retrouvent en match.

>> A lire aussi : Bordeaux-OM: «Ce sont vraiment des gens irresponsables», Nicolas de Tavernost fou de rage contre l'arbitrage

« Dans quelle boîte un employé défaillant demande-t-il une augmentation ? »

Évidemment, Stéphane Martin pose des conditions à ça : « Après, c’est sûr qu’un arbitre qui s’entraîne à Bordeaux n’arbitrera pas Bordeaux. Mais ça me semble plus cohérent que les projets pharaoniques qu’ils veulent mettre en place. » Mais derrière cette proposition, le président des Girondins de Bordeaux ne se fait pas trop d’illusions face à des arbitres qui « veulent être un vingt-et-unième club à part » pour lui.

D’ailleurs, Stéphane Martin ne se fait pas prier pour dire ce qu’il pense de la volonté des arbitres français d’obtenir une augmentation : « Ils ont des salaires de cadres supérieurs et ils ne sont pas performants. Dans quelle boîte un employé défaillant demande-t-il une augmentation ? Ils manquent d’ouverture à la critique, de feeling par rapport au jeu et ça dénature le spectacle. »

>> A lire aussi : Bordeaux-OM: Malgré le nul (1-1), les Girondins veulent croire à «un nouveau départ»