Bordeaux-OM: «Ce sont vraiment des gens irresponsables», Nicolas de Tavernost fou de rage contre l'arbitrage

FOOTBALL Le patron de M6, actionnaire principal des Girondins, « n’a pas fait le voyage pour rien » en zone mixte après la rencontre, dimanche soir…

N.C.

— 

Nicolas De Tavernost, le président du directoire de M6 et patron des Girondins de Bordeaux, le 12 septembre 2015.
Nicolas De Tavernost, le président du directoire de M6 et patron des Girondins de Bordeaux, le 12 septembre 2015. — NIVIERE/SIPA

Encaisser un but à la dernière minute, ça libère la parole, semble-t-il. Après le match nul concédé par Bordeaux face à l’OM (1-1), dimanche soir, Nicolas de Tavernost ne s’est pas arrêté pour rien en zone mixte. Le président du directoire de M6, principal actionnaire des Girondins, a allumé l’arbitre de la rencontre, Benoît Millot, lui reprochant notamment son coup de sifflet (une faute sifflée contre Pellenard sur Thauvin) qui amène l’action de l’égalisation de Sanson.

>> A lire aussi: Les malheurs de Payet font le bonheur du «serial buteur» Sanson à Marseille

« Je n’ai pas l’habitude de critiquer l’arbitrage mais là, trop c’est trop. J’ai été lui dire d’ailleurs, de manière très directe, a commencé par dire le dirigeant. Ce n’est pas possible que des investisseurs comme nous, on se retrouve à la merci de décisions à la 93e minute, d’un coup franc qui n’existe pas. Je ne dis pas que le résultat n’est pas équilibré. Je dis simplement que l’arbitrage ne l’a pas été. On ne peut pas jouer contre l’arbitrage, ce n’est pas possible. »

Comme ça ne suffisait pas, Nicolas de Tavernost est allé plus loin. « C’est très énervant […], absolument anormal. Ce sont des gens irresponsables. Ce sont vraiment des gens irresponsables, a-t-il répété. Je lui ai dit très calmement, dans des termes tout à fait acceptables. On a le droit de dire qu’on a trouvé que l’arbitrage n’avait pas été bon. On a tout à fait le droit de le dire. C’est très frustrant, très énervant. » Conclusion : « Au lieu de se chamailler, à la Ligue et la Fédé, ils feraient mieux de s’occuper de l’arbitrage. »