ASSE: «Pas en intérim», «aucun coach contacté»… Julien Sablé est vraiment appuyé par Roland Romeyer

FOOTBALL Le successeur d’Oscar Garcia sur le banc stéphanois a livré sa première conférence de presse ce jeudi à L’Etrat…

A Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

Julien Sablé, ce jeudi lors de sa première conférence de presse en tant qu'entraîneur de l'ASSE.
Julien Sablé, ce jeudi lors de sa première conférence de presse en tant qu'entraîneur de l'ASSE. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • A seulement 37 ans, Julien Sablé est officiellement depuis mercredi le nouvel entraîneur des Verts.
  • Si Roland Romeyer a dû trancher « dans l’urgence » après le départ précipité d’Oscar Garcia, il croit en un destin à la Christophe Galtier, intronisé en décembre 2009.
  • Durant une heure, Julien Sablé a évoqué devant la presse cette étonnante nomination ce jeudi avec Roland Romeyer, à la veille d’un premier match à Lille.

Roland Romeyer n’a pas seulement enchaîné des clins d’œil, imité Valéry Giscard d’Estaing et taclé son « associé » Bernard Caïazzo (« il parle plus que d’autres présidents du conseil de surveillance, c’est comme ça ») ce jeudi à L’Etrat. Le président du directoire de l’ASSE s’est montré très enthousiaste quant à la mission confiée mardi soir à Julien Sablé, qui dirigera son premier match professionnel sur un banc, vendredi (19 heures) à Lille.

« Je n’avais pas programmé le départ d’Oscar Garcia et il a fallu agir dans l’urgence, indique Roland Romeyer. J’ai pris la décision de faire de Julien l’entraîneur de l’AS Saint-Etienne dans les mêmes conditions qu’en décembre 2009 avec Christophe Galtier [alors adjoint d’Alain Perrin, licencié]. Il n’est pas en intérim, c’est clair et précis. »

>> A lire aussi : «S’il faut retourner en Ligue 2»… On a assisté au premier entraînement des Verts sans Oscar Garcia

« Une demande qui sortait des tripes de la part de l’institution »

Un sacré parallèle au vu de l’impressionnante longévité (sept ans et demi) de Christophe Galtier dans le Forez. « J’ai reçu plein d’appels mais je n’ai contacté aucun coach et je n’en contacterai aucun », a-t-il même assuré pour éteindre les nombreuses rumeurs, d’un retour de Galtier à Didier Tholot en passant par Hugo Broos et Romain Revelli. Le dirigeant stéphanois ne tarit pas d’éloges concernant l’ancien capitaine des Verts (37 ans) : « C’est un enfant du club, il en connaît l’histoire, les valeurs, l’environnement. Il a du charisme et du caractère, c’est un rassembleur et un gros travailleur. »

Nommé directeur du centre de formation de l'ASSE en juin, l’ex-milieu défensif de la maison verte (de 1998 à 2007) a immédiatement accepté de devenir le successeur d’Oscar Garcia mardi. Il s’est entretenu individuellement dès mercredi matin avec « les leaders » Loïc Perrin et Stéphane Ruffier. « Je n’ai plus trop la notion des jours, sourit-il. Tout est allé très vite et j’ai tout de suite pensé aux joueurs et au match de Lille. J’aime ce club et j’ai toujours voulu être entraîneur. C’est une demande qui sortait des tripes de la part de l’institution donc je me mets à son service. »

« On regarde nos pieds et pas le sommet de la montagne »

Seulement trois ans après avoir conclu sa carrière de footballeur professionnel à Bastia, Julien Sablé n’a pas caché sa fierté ce jeudi. « Mais la fierté dure trois secondes et après, il y a le poids des responsabilités. » Il découvre depuis deux jours celle de « laver les têtes après la désillusion dans le derby ». Un sacré challenge d’autant que la courte ère Garcia s’est conclue par un seul succès lors des sept derniers matchs. « Je ne suis pas un magicien. La chose la plus importante pour moi, c’est l’attitude qui peut compenser beaucoup de choses. On revient à la simplicité, au don de soi. »

Interrogé sur les objectifs pour cette saison, Julien Sablé avait visiblement préparé son coup avec une étonnante formule : « Pas d’objectif, on regarde nos pieds et pas le sommet de la montagne. » A ses côtés, Roland Romeyer confirme qu’il n’y a « pas de pression ni d’objectif particulier » hormis « du jeu attrayant et l’utilisation des jeunes ». Somme toute, le même plan de route qui avait été exposé lors du « nouveau cycle » précédent, à savoir cinq mois plus tôt avec Oscar Garcia. Assez discret et prudent pour évoquer les conditions du départ précipité de ce dernier, Roland Romeyer a surtout mis en avant l’impact du derby.

>> A lire aussi : Coach, recrues, supporters... Pourquoi les Verts vont avoir du mal à se remettre de leur derby cauchemar

« Le derby a vraiment fait mal à la tête d’Oscar Garcia »

« C’est compliqué car Oscar m’a demandé de ne pas dire des choses, confie le président du directoire stéphanois. Il n’a pas voulu attendre le mercato d’hiver pour que des changements soient effectués. Je pense qu’il n’avait pas perçu toute l’importance de l’ASSE à Saint-Etienne, par rapport aux supporters, à la pression et au derby qui lui a vraiment fait mal à la tête. C’est avant tout la raison pour laquelle il a demandé à partir. »

Si ce coup de théâtre a exaspéré de nombreux supporters, la nomination d’une figure emblématique du club comme Julien Sablé pourrait aplanir la colère post-derby dans le Chaudron.