Face aux récentes accusations de dopage mécanique contre Cancellara, l'UCI envisage une enquête

CYCLISME L'ancien cycliste suisse a été accusé mercredi d'avoir eu recours à une aide mécanique à plusieurs reprises pendant sa carrière...

W.P., avec AFP

— 

Fabian Cancellara
Fabian Cancellara — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Fabian Cancellara et son moteur, acte 125. Après les déclarations de l’ancien cycliste américain Phil Gaimon, ayant déclaré mercredi en marge de la sortie de son livre que « ce connard [Cancellara] avait probablement un moteur » et évoqué ces courses où l’ancien rouleur « venait avec son propre matériel », l’UCI a admis, par le biais d’un porte-parole, ne pas exclure d’ouvrir une enquête. Une hypothèse envisagée un peu plus tôt par son président, David Lappartient, sur le site Cyclingnews.

« Nous allons enquêter car nous devons savoir exactement ce qu’il y a derrière cela. Bien sûr j’ai entendu les rumeurs comme tout le monde, et je veux savoir exactement ce qu’il s’est passé. »

Celui qu’on surnommait Spartacus dans le peloton et qui a raccroché en 2016, a été accusé à plusieurs reprises d’avoir utilisé un moteur pour remporter plusieurs de ses courses dont le Tour des Flandres et Paris-Roubaix en 2010 sans cependant qu’aucune preuve n’ait été apportée.