ASSE-OL: «Il ne faut pas l’incriminer»... Comment peut-on blâmer Nabil Fekir pour sa célébration de but?

FOOTBALL Lionel Messi, Cristiano Ronaldo et donc désormais Nabil Fekir: la célébration du maillot brandi a ouvert un nouveau chapitre dimanche dans le Chaudron (0-5)...

A Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

Juste après avoir inscrit le cinquième but lyonnais, Nabil Fekir a présenté son maillot au kop sud du Chaudron, qui l'a copieusement insulté dimanche.
Juste après avoir inscrit le cinquième but lyonnais, Nabil Fekir a présenté son maillot au kop sud du Chaudron, qui l'a copieusement insulté dimanche. — PHILIPPE DESMAZES / AFP
  • Pour une fois, Nabil Fekir ne s’est pas seulement illustré dimanche dans le derby en inscrivant un doublé.
  • Sa célébration « à la Messi » a entraîné l’invasion du terrain par des supporters des deux kops.
  • « 20 Minutes » tente de décrypter les torts du milieu offensif des Bleus.

C’est évidemment l’image forte du 115e derby de l’histoire. Euphorique après avoir inscrit ses deux premiers buts face aux Verts, synonymes de succès record (0-5) contre le voisin stéphanois, Nabil Fekir a savouré cette performance devant le kop sud à la 85e minute de jeu. Le capitaine lyonnais a tranquillement ôté son maillot avant de le brandir fièrement en direction de supporters l’ayant conspué tout le match, notamment après les nombreux coups reçus comme sur l’expulsion de Léo Lacroix (47e).

S’en est suivi un regrettable envahissement du terrain, un déploiement important de CRS et une interruption de la fin de rencontre de plus de trente minutes. « Il n’y avait aucune méchanceté ni arrière pensée, a brièvement indiqué sur Canal + Nabil Fekir, qui n’a par la suite pas souhaité s’arrêter devant les autres médias. Ce n’est peut-être pas un geste à faire à 5-0, mais ça reste du football. »

>> A lire aussi : Avec un nouveau show de Nabil Fekir, Lyon humilie son voisin... Ce 115e derby restera dans les mémoires

« Ce n’est pas une provocation mais un geste spontané »

La clé se situe sans doute dans cette évidence : « Ça reste du football. » De nombreuses séquences mythiques dans l’histoire du foot n’ont pas vraiment été des modèles de fair-play. A elle seule, cette célébration du maillot brandi pour chambrer les supporters adversaires a été faite par Juninho, Ronaldinho, Marcelo, Icardi et évidemment Messi et Cristiano Ronaldo lors de deux Clasicos disputés dans le camp adverse.

Peut-on donc parler d’une réaction inconsciente voire dangereuse comme certains l’ont fait dans l’emballement médiatique du dimanche soir ? « Compte tenu du succès historique, Nabil a décidé de célébrer son but d’une manière qui n’était peut-être pas la bonne. Mais il n’y avait pas de mauvaise intention de sa part, ce n’est pas une provocation mais un geste spontané. Il est respectueux de l’adversaire », a assuré Bruno Genesio après la rencontre.

« Il ne faut pas enlever ce qui fait la ferveur du derby »

Tour à tour, plusieurs joueurs lyonnais ont tenu à soutenir leur capitaine, dont l’image pourrait être écornée par les multiples débats qui s’annoncent dans les prochaines heures à ce sujet. « L’envahissement du terrain est inadmissible et il ne faut pas incriminer Nabil », a notamment confié Lucas Tousart.

« A 5-0, les supporters étaient déjà vraiment très chauds et ça a rajouté un peu de piquant, décrypte Anthony Lopes. Il a fêté son but comme il en avait envie. Mais il ne faut pas enlever ce qui fait la ferveur du derby, les petites provocations et petites piques. S’il n’y a pas ça, il n’y a plus autant de saveurs que les années précédentes. »

Anthony Lopes avait été sanctionné pour un chambrage envers l’ASSE en février

Le gardien lyonnais est bien placé pour le savoir, lui qui avait dû présenter ses excuses en février après avoir eu la scandaleuse initiative (on plaisante bien sûr) de rayer au feutre le nom de Saint-Etienne sur son maillot de Coupe de France, ce qui avait même entraîné un match de suspension.

« Nabil ne voulait pas mal faire, poursuit Jordan Ferri, qui l’a remplacé lors des cinq dernières minutes disputées après 23h30 dans un stade Geoffroy-Guichard extrêmement dégarni. C’était de l’instinct. Il a reçu beaucoup de coups pendant ce match et il ne s’attendait pas à ce qu’il y ait des débordements comme ça suite à ce geste. »

>> A lire aussi : «Frères ennemis», le film qui rapproche (presque) supporters stéphanois et lyonnais

« Il n’y a pas forcément que des intelligents dans les tribunes »

Comment envisager des sanctions contre ce geste au même titre que ne peuvent l’être le dangereux tacle de Léo Lacroix et évidemment la réaction de supporters des deux kops stéphanois ayant rejoint la pelouse ? « J’ai du mal à comprendre ces supporters qui ont l’intention d’envahir le terrain dès que le match ne tourne pas en leur faveur, reconnaît Jordan Ferri. Il n’y a pas forcément que des intelligents dans les tribunes et ça gâche un peu le football français. »

Avec ses 11 buts et 3 passes décisives en 11 matchs de Ligue 1, Nabil Fekir est plutôt en train de sublimer ce foot tricolore. Au diable ce petit écart évitant au moins au derby de s’aseptiser tant que ses éclairs sont aussi nombreux que profitable à l’OL dans ses six succès de rang. « Ce soir, il ne faut pas faire passer la performance historique du derby au second plan », pointait Bruno Genesio dimanche. En fait, le plus grand tort du Nabil Fekir version derby est sans doute là.