FC Nantes: Au regard de la défaite à Dijon, peut-on s'attendre à une dégringolade des Canaris?

FOOTBALL Le FC Nantes, qui restait sur 8 matchs sans défaite en Ligue 1, a perdu (1-0) à Dijon samedi soir...

David Phelippeau

— 

Le but encaissé par le FCN, samedi soir, à Dijon.
Le but encaissé par le FCN, samedi soir, à Dijon. — PHILIPPE DESMAZES / AFP
  • Les Canaris sont allés s'incliner (1-0) à Dijon, samedi soir, au terme d'une pauvre prestation.
  • Cette défaite est-elle le signe d'un déclin sérieux à venir?

Selon un sondage de 20 Minutes, Près de 75 % des internautes (sur près de 11.000 votants) voient le FC Nantes se situer en mai prochain entre la 4e et la 8e place de la Ligue 1. Ce vote a été réalisé en début de semaine dernière, soit quelques jours avant les deux « drames » :  élimination piteuse (3-1) à Tours en Coupe de la Ligue mercredi puis défaite pas plus glorieuse (1-0) à Dijon samedi. En quelques jours, le FCN, 3e après son succès sur Guingamp il y a une semaine, vient de tomber de son piédestal (et du podium). Si le sondage avait été réalisé ce dimanche, le résultat aurait-il été le même ?

>> A lire aussi : FC Nantes: Champion, européen, ventre mou ou relégué, où sera le FCN en fin de saison?

Depuis le début de la saison, les excellents résultats, escortés le plus souvent par une réussite insolente, masquaient l’indigence récurrente dans le jeu du FCN. Samedi soir, la première période à Dijon a mis en exergue les faiblesses de la formation de Ranieri, des insuffisances déjà entraperçues. Ce revers, qui casse la dynamique en championnat, peut-il entraîner une dégringolade des Canaris au classement ?

OUI, ce FC Nantes débute une chute libre au classement

Une attaque beaucoup trop patraque. 9 buts inscrits en 11 matchs. Même si ça reste mieux que la saison dernière au même stade de la compétition (8 buts avec René Girard après 11 journées), ce chiffre famélique illustre à lui seul les difficultés du FCN. Un tel manque d’efficacité offensive va devenir rédhibitoire à court terme. A Dijon, Nantes n’a pas cadré un tir (Dijon n’en a cadré qu’un).

Les recrues offensives de l’été n’ont toujours pas marqué. El Ghanassy prouve des qualités de percussion à chaque fois qu’il entre en jeu, mais n’a pas scoré. Quant à Coulibaly, recrue la plus coûteuse du mercato estival (3,5 millions d’euros), il n’a rien montré et passe son temps à l’infirmerie depuis quelques semaines…

>> A lire aussi : INFOGRAPHIE. FC Nantes: L'attaque actuelle des Canaris en passe de marquer... pas un but, mais l'histoire

Le « style » de jeu de cette formation use ses propres éléments. Ranieri répète à l’envi qu’il veut que ses joueurs « luttent toujours jusqu’au bout ». Cette formation n’aurait-elle que son abnégation, son courage, sa volonté à faire valoir ? Le FC Nantes version Ranieri est basé sur un bloc souvent bas, très agressif et un modèle de jeu finalement assez minimaliste. Les Canaris, qui ont très rarement la possession (plus faible de la L1 avec 43 % depuis le début de la saison !), s’appuient sur une récupération puis projection rapide vers l’avant et un pressing des onze joueurs de tous les instants. Un tel modèle de jeu est-il viable sur une saison ? Sans doute pas. Ce FCN manque d’un fond de jeu sur lequel il peut se reposer. Et la réussite maximale qui accompagne les Canaris reste très aléatoire.

>> A lire aussi : FC Nantes: Oui, oui, il y a des similitudes avec Leicester, mais non, le FCN ne sera pas champion

NON, ce FC Nantes devrait se maintenir tranquillement dans le Top 8

La première période à Dijon va être salutaire. « Nous avons fait une heure d’échauffement, et on a seulement joué les trente dernières minutes. » Claudio Ranieri a parfaitement résumé les soixante premières minutes de ses joueurs à Dijon. D’ailleurs, à la pause, le technicien italien a effectué un double changement (Thomasson et Rongier sont sortis remplacer par Sala et El Ghanassy) entraînant une modification tactique, Nantes étant passé à deux attaquants devant (Sala et Nakoulma). Au regard du premier acte, l’entraîneur nantais ne pouvait pas faire l’économie d’un changement d’hommes et du système. Et pour l’avenir, il devrait en être de même ? Peut-être. Le revers dijonnais aura aussi surligné les difficultés des joueurs, qui n’évoluent pas à leur place. On pense à Lucas Lima, Djidji ou Rongier (placé derrière l’attaquant). Ce dernier devrait retrouver une place dans l’entrejeu, qui lui sied si bien.

>> A lire aussi : FC Nantes: Culotté, Sergio Conceição a appelé Valentin Rongier pour l'attirer à Porto

Cette solidité défensive, c’est un gage de réussite. « Il ne faut pas oublier tout ce qui a été fait… » Léo Dubois n’a pas tort. Et il ne faut pas oublier ce début de saison canon des Canaris en termes de points (20 unités après 11 journées). Cette réussite comptable, le FCN la doit à une assise défensive souvent intraitable (2e meilleure défense de L1 avec 8 buts encaissés dont 3 à Lille lors du premier match). En Ligue 1, s’appuyer une arrière-garde imperméable (avec un zeste de réussite offensive) doit suffire à bien figurer au classement. Dans la cage, malgré quelques prestations récentes moins rassurantes, Tatarusanu est une valeur sûre. Bref, Nantes constitue un bloc difficile à bouger capable d’accrocher le Top 8.

>> A lire aussi : FC Nantes: Trois tops et trois flops de la saison 2016-2017 des Canaris