JO 2016: Le comité olympique brésilien suspendu à cause d'une affaire d'achat de voix de la part de son président

OLYMPISME Carlos Nuzman, dans une affaire d'achat de voix dans le but d'attirer les jeux Olympiques 2016 à Rio...

W.P., avec AFP

— 

Illustration, anneaux olympiques
Illustration, anneaux olympiques — Leon NEAL / AFP

Le Brésil ne s’en sort plus. Après les polémiques sur l’attribution de la Coupe du monde 2014, après Lula, après Dilma, après Temer… Voilà que le comité olympique brésilien est impliqué dans une vaste histoire d’achat de voix en vue de l’organisation des Jeux olympiques 2016 à Rio, et suspendu par le Comité international olympique (CIO). Le président dudit comité, Carlos Nuzman, est directement impliqué dans cette sombre affaire et a également été suspendu de toutes ses fonctions et droits de membre honoraire et de l’exclure de la commission de coordination des JO 2020 à Tokyo.

Le président du comité arrêté jeudi au Brésil

Nuzman, 75 ans, est accusé des délits de « corruption, blanchiment d’argent et participation à une organisation criminelle », selon le communiqué publié par la police. Il a été arrêté par la police fédérale jeudi.

La résidence de Nuzman avait été perquisitionnée, de même que le siège du Comité olympique brésilien et de nombreuses entreprises cariocas. Son passeport lui avait été confisqué. A cette opération participaient des représentants français de la police et de la justice, dont le célèbre juge anti-corruption Renaud Van Ruymbeke.

Des pots-de-vin pour deux millions de dollars

Simultanément, les autorités françaises avaient passé au crible le domicile d’un intermédiaire brésilien installé en France, dans le cadre d’une enquête ouverte en 2015 en France sur les soupçons de corruption dans les élections de Rio 2016 et de Tokyo 2020.

La justice brésilienne soupçonne l’ex-gouverneur de Rio, Sergio Cabral - qui purge actuellement une peine de 14 ans de prison pour corruption passive et blanchiment d’argent - d’avoir été le cerveau de cette opération qui aurait eu pour objet le versement de pots-de-vin pour un montant de deux millions de dollars au Sénégalais Papa Massata Diack, fils de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme et ex-membre du CIO, Lamine Diack.