Mondial 2018: Cette fois, la France devrait être protégée si elle dispute les barrages

FOOTBALL Bon après le but ça reste de se qualifier directement, hein...

N.C.
— 
Paul Pogba lors du match France-Luxembourg en éliminatoires de la Coupe du monde 2018, le 3 septembre 2017.
Paul Pogba lors du match France-Luxembourg en éliminatoires de la Coupe du monde 2018, le 3 septembre 2017. — Claude Paris/AP/SIPA

Pour l’instant, tout va bien. Enfin, à peu près. Ça aurait été bien mieux avec une victoire contre le Luxembourg, mais on ne va pas revenir là-dessus et à deux journées de la fin des éliminatoires de la Coupe du monde, l’équipe de France est première de son groupe de qualifications. Le risque est tout de même non négligeable, après le déplacement en Bulgarie et la réception de la Biélorussie le mois prochain, de voir les Bleus terminer à la deuxième place. Et dans ce cas-là, de devoir passer par les barrages pour voir la Russie. S’ils doivent en arriver à cette extrémité, ils devraient toutefois être tête de série.

Il y a quatre ans, les Bleus ne l’avaient pas été pour un tout petit point Fifa, au détriment de l’Ukraine (870 contre 871). La faute, en partie, à son groupe de qualifications composé de cinq équipes et non six comme tous les autres. Cette fois, la France devrait bien être protégée. Sixième nation européenne tous pays confondus, elle ne pourrait être éventuellement devancée que par la Suisse ou le Portugal (qui sont dans le même groupe) et par la Pologne (bien accrochée à sa première place pour le moment). Pas de quoi la faire sortir des quatre meilleures nations sur les huit barragistes, en tout cas.

Comme le fait remarquer L’Equipe dans son édition du jour, ça n’est pas une garantie non plus contre un tirage compliqué. L’Italie ou la Croatie, par exemple, sont menacées par le Portugal ou la Suisse, la Pologne et le pays de Galles (plus la France) pour un éventuel statut de tête de série. Rendez-vous le 10 octobre pour le classement définitif de tous les groupes, et le 17 pour le tirage au sort des barrages. Espérons sans les Bleus.