Racing: Travers ne veut plus entendre parler de la fusion avec le Stade français

Rugby L'entraîneur des avants en a ras-le-bol...

J.T. avec AFP

— 

Laurent Travers (de face) et Laurent Labit, les deux coachs du Racing 92.
Laurent Travers (de face) et Laurent Labit, les deux coachs du Racing 92. — Seconds Left/Shuttersto/SIPA

Six jours de flou pour finalement pas grand-chose. Si la fusion avortée entre le Racing et le Stade français a cristallisé toutes les attentions, Laurent Travers a gardé le silence et continue de le faire concernant cet incroyable imbroglio. « Je ne vous avais rien dit concernant l’épilogue de la fusion, donc comprenez bien que je n’ai rien à vous dire concernant l’épilogue de la non fusion. Des gens sont responsables, c’est à eux qu’il faut s’adresser, nous notre expertise c’est le terrain. »

>> A lire aussi : Pourquoi gérer un club sportif comme une entreprise est impossible

En balayant d’un revers les questions, l’entraîneur des Racingmen veut placer ses joueurs dans les meilleures dispositions avant de se frotter à Clermont : « On demande à tout le monde de revenir à l’essentiel, le terrain […]. Parlons du match et arrêtons que des choses perturbent cette préparation. »

Le technicien a enfin qualifié de « match de phase finale » ce rendez-vous contre les Auvergnats, puisque le Racing (avec un match en moins), champion de France en titre, est neuvième du Top 14, à six points de la sixième place, la dernière qualificative pour les barrages, après deux défaites de rang (10-19 à Grenoble et 15-38 contre La Rochelle). Place au jeu.