Vendée Globe: Le Cléac'h et Dick se tirent la bourre... L'Espagnol Costa toujours bloqué aux Sables... Le journal de la course

VOILE Bilan du deuxième jour en mer, et en solitaire...

W.P.

— 

Armel Le Cléac'h mène la danse
Armel Le Cléac'h mène la danse — LOIC VENANCE / AFP

D’après le site officiel du Vendée Globe, on n’en est qu’à 2 % d’avancement après deux jours de course. Autant dire qu’on n’a pas fini de vous raconter ce qu’il se passe en haute mer. C’est parti pour le petit point quotidien sur la course.

Armel Le Cléac’h mène la danse, Jean-Pierre Dick en chasse-patate

Oui bon, ok, le Vendée Globe n’est pas une course cycliste. Il n’empêche qu’au petit matin, une échappée composée de deux skippers semble s’être formée. Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII) et Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) commence à creuser un petit écart. On peut même parler d’échappée en solitaire étant donné que le leader colle huit milles à son dauphin, qui lui-même possède plus de six milles sur Alex Thomson (GBR/Hugo Boss). Et non, le suspens n’est pas mort-né. Ces deux derniers allaient près de cinq nœuds plus vite que Le Cléac’h au dernier pointage (environ 15 nœuds contre 10 pour le leader).

Le classement :

Armel Le Cléac’h (FRA/Banque Populaire VIII) à 23.856 milles de l’arrivée
Jean-Pierre Dick (FRA/StMichel-Virbac) à 8,52 milles du premier
Alex Thomson (GBR/Hugo Boss) à 14,12 milles
Vincent Riou (FRA/PRB) à 15,57 milles
Sébastien Josse (FRA/Edmond De Rothschild) à 22,97 milles

Le choix tactique payant : faire un peu de tourisme au large du Portugal

Oui, on abuse un peu. Alex Thomson et Jean-Pierre Dick ne se sont pas arrêtés à Porto pour visiter les caves de vin de Porto. Mais leur choix de longer un peu plus les côtes lusitaniennes que le reste de la flotte s’est avéré payant, puisque les deux skippers enregistrent les meilleures progressions au hit-machine du jour (+4 places pour le Britannique, +2 pour le Français). Bien vu.

Pendant ce temps, à Vera Cruz… Didac Costa n’est toujours pas reparti

Di, dac, di, dac… L’horloge tourne pour l’Espagnol, victime d’une avarie technique le jour du départ. Il disposait d’une semaine à compter de dimanche dernier pour repartir à bord de son One Planet One Ocean. A priori, ça devrait le faire pour Costa, qui espère repartir mercredi. En espérant pour lui qu’il choppe une étoile d’invincibilité et une carapace bleue pour remonter rapidement au classement.

Le chiffre : 10

Comme le nombre de jours dont devrait avoir besoin le leader de la course pour franchir l’équateur. Les skippers sont partis très vite et on se dirige donc vers un passage record de la ligne imaginaire déparant les deux hémisphères. Costaud.