Montpellier: La cellule recrutement? «Une bande de clowns incompétents et grassement payés», peste Nicollin

FOOTBALL Inquiet par la blessure de Daniel Congré, le président montpelliérain était « enragé » ce mardi...

Nicolas Bonzom

— 

Louis Nicollin, face à la presse, ce mardi.
Louis Nicollin, face à la presse, ce mardi. — N. Bonzom / Maxele Presse

« Crois-moi, c’est moi le patron, c’est moi qui commande ! » Louis Nicollin est très en colère. Encore plus que d’habitude peut-être…

Dans son bon vieux mas Saint-Gabriel, où se tenait la traditionnelle réception, ce mardi, à l’occasion de la photo officielle de son équipe, le boss du MHSC, 16e du classement avec 6 points en 7 journées, a violemment pesté contre son staff.

>> A lire aussi : Après OL-Montpellier, la punchline de la soirée est pour Laurent Nicollin, qui fracasse Tolisso

La blessure inquiétante de Daniel Congré 

Cette fois-ci, c’est la cellule de recrutement qui en a pris pour son grade. Et particulièrement Bruno Carotti, son directeur sportif. Louis Nicollin leur reproche de ne pas parvenir à mettre la main sur un défenseur…

Et avec la blessure de Daniel Congré, le besoin se fait pressant : le Montpelliérain s’est blessé à la cuisse, d’entrée de match, contre Metz. Un coup dur qui inquiète « énormément » le patron du MHSC.

« Avec Mézy, on va le trouver nous ! »

« Ça fait trois ans que je réclame un grand défenseur ! Trois ans !, gronde le président du MHSC. Ils sont incapables d’en trouver un ! Alors avec Mézy [Michel, son conseiller], on va se mettre en quête, et on va le trouver, nous ! Il nous en faut un rapidement… Ça alors, je te jure ! »

>> A lire aussi : Accrochage Tolisso-Jourdren, «c’était lunaire cette intrusion», raconte Greg Paisley, l'auteur de l'interview

Il y a trois semaines déjà, Louis Nicollin indiquait à 20 Minutes que son équipe avait besoin d’un défenseur, plutôt que d’un attaquant… « Enragé », « Loulou » va même jusqu’à poser un ultimatum à son staff, « des comiques », assure-t-il.

« Il faut les virer »

« Il faut les virer à la fin de l’année, oui ! Oui, je le ferai, oui ! Il y a une bande de clowns dans ces bureaux, ça fait peur. Je n’aime pas les incompétents, et ils sont grassement payés en plus », s’exclame le père Nicollin.

Philosophe, Louis Nicollin soufflera malgré tout que, même en Ligue 2, il s’y ferait. « Même si on descend en deuxième division, on descend… Au contraire, ça nous permettra d’épurer tout ça comme il faut. Remarque, on ira jouer à Nîmes l’année prochaine, c’est bien. Enfin, si eux, ils ne montent pas… »