JO 2016: Vous pataugez avec l'affaire Yannick Agnel? On fait le point

NATATION Mercredi à Montpellier, le Français Yannick Agnel ne s'est pas qualifié sur 200m après une soirée folle...

A.M.

— 

Yannick Agnel à Montpellier, le 30 mars 2016.
Yannick Agnel à Montpellier, le 30 mars 2016. — PASCAL GUYOT / AFP

Il est tenant du titre, et à cause d’une soirée rocambolesque, il ne défendra pas son titre aux Jeux olympiques de Rio. Yannick Agnel, certes loin de sa meilleure forme, n’a pas réussi à se qualifier mercredi soir pour le 200 m, lors des championnats de France de natation à Montpellier. Pourquoi ? Parce que le nageur de 23 ans est la victime d’un imbroglio assez hallucinant. On fait le point.

Mais qu’est-ce qui s’est passé sur cette course ?

A la fin du 200 m, quand il sort la tête de l’eau, Yannick Agnel est classé 3e. C’est un gros coup dur : pour arracher son billet pour Rio sur 200 m, Yannick Agnel devait terminer premier ou deuxième et réaliser les minima (que personne n’a faits). Jérémy Stravius et Jordan Pothain, eux, peuvent encore espérer passer grâce aux repêchages. Petit souci, Agnel est persuadé d’avoir touché en 2e position, ce qui lui offrait encore une chance de voir le Brésil en individuel cet été. En clair : le chrono le met 3e, et la vidéo le classe assez clairement 2e. Mais le classement est entériné plus tard dans la soirée par le jury d’appel de la Fédération française de natation (FFN), enterrant les derniers espoirs d’Agnel.

Comment le litige a été tranché ?

Il faut bien le dire : le litige a été tranché dans une grande confusion. L’entraîneur de Yannick Agnel, Lionel Horter, ayant fait appel, un jury s’est réuni pour débattre du résultat du 200 m. « Pour moi, je suis 2e, c’était assez clair, a assuré Agnel avant même la confirmation définitive de sa 3e place. La totalité des gens que j’ai rencontrés m’ont dit que j’avais bien évidemment touché 2e, plutôt largement, et qu’il n’y avait pas de doute. Je les crois sur parole. » Problème, selon Francis Luyce, le président de la fédération, l’usage de la vidéo pour trancher les litiges est interdit. « Nous assumons nos responsabilités », assure le patron de la fédé. Soit la plaque qu’Agnel devait toucher pour valider son chrono était défectueuse. Soit il ne l’a pas touchée suffisamment fort pour arrêter le chrono. Mais si le dispositif ne fonctionne pas, ce sont les chronos semi-automatiques qui font foi, puis un chrono totalement manuel. Et visiblement, ils ne lui étaient pas non plus favorables.

Est-ce qu’Agnel peut encore espérer ?

Techniquement oui, puisque son coach a annoncé un recours devant le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), voire au tribunal arbitral du sport (TAS). Mais on voit mal Yannick Agnel passer en force en dehors des bassins, et contre sa fédération. A moins que celle-ci ne finisse par s’entendre avec sa star. Ensuite, il devrait encore s’aligner sur 100 m, mais vu son niveau actuel, on le voit mal passer le cut. Reste le relais, où Agnel est déjà qualifié.