Equipe de France: Payet, Coman, Gignac et tous les autres… On est vraiment obligé de choisir?

FOOTBALL Le potentiel offensif de l'équipe de France est immense...

Nicolas Camus, au Stade de France

— 

La joie des Bleus lors de France-Russie, le 29 mars 2016 au Stade de France.
La joie des Bleus lors de France-Russie, le 29 mars 2016 au Stade de France. — FRANCK FIFE / AFP

On en parlait depuis des mois, ces deux derniers matchs amicaux en ont apporté l’éclatante démonstration : Les Bleus ont un immense potentiel offensif. Il y a eu des périodes fastes dans le passé, bien sûr, comme quand on se présentait au Mondial 2002 avec les meilleurs buteurs du championnat d’Angleterre Lien : (Henry), d’Italie Lien : (Trezeguet) et de France (Cissé), avec Lien : Zidane derrière.

Mais il y a dans cette vague 2016 quelque chose de différent. La jeunesse de certains et (pardon pour le cliché) l’insouciance qui va avec, le nombre, le fait qu’aucune hiérarchie ne soit établie - hormis Griezmann aujourd’hui -, la polyvalence, le réservoir qui attend derrière… Tout cela nous fait penser

>> A lire aussi : Gignac n’était «pas venu pour sentir les fleurs de Clairefontaine»

Après Lien : cette victoire contre la Russie (4-2), on envie et on plaint Didier Deschamps. Le sélectionneur dispose d’une multitude de solutions pour composer son attaque.

  • Ceux qui étaient là

Griezmann, Giroud, Martial, Coman, Payet, Gignac

  • Ceux qui pourraient bientôt revenir

Benzema, Valbuena

  • Ceux qu’il serait dommage d’oublier

Lacazette, Ben Arfa, Fékir, Gameiro, Dembélé

Treize noms, en voyant large mais pas tant que ça, alors qu’il n’y a que six places. Même si Deschamps Lien : choisissait de changer la structure de sa liste, en enlevant un défenseur (c’était bien vu le test Mathieu arrière gauche, dommage qu’il se soit vite blessé) ou un milieu (ça va Cabaye, pas trop chaud ?), le choix reste extrêmement difficile.

« L’important c’est qu’on puisse rester dangereux et efficace »

Certains en viennent à se demander si Lien : Benzema, même s’il était autorisé à revenir, aurait sa place. « Je l’attendais celle-là… répond Deschamps. Il faut parler des joueurs qui étaient là. J’ai des profils différents, ils peuvent jouer aussi à des postes différents. L’important c’est qu’on puisse rester dangereux et efficace. »

Ça a été le cas Lien : contre les Pays-Bas et la Russie. Griezmann, Giroud, Gignac, Coman et Lien : Payet ont marqué. Seul Martial a été un ton en dessous, et pas seulement du point de vue statistique. Mais il conserve une bonne cote auprès de DD, toujours à la recherche « de vitesse et de percussion » - soit exactement le profil du Mancunien.

« Offensivement, on fait de belles choses, apprécie Lien : Griezmann, nouveau patron des Bleus dans ce secteur. Que ce soit dans le 11 ou sur le banc, il y a de très grands joueurs, c’est facile de jouer ensemble. Plus les matchs avancent et mieux on se trouve. » Et tant pis pour ceux qui les ont loupés. Non, vraiment, on donnerait cher pour être dans la tête du sélectionneur Lien : d’ici au 12 mai.