L'équipe de France lors du match contre l'Allemagne, le 13 novembre 2015.
L'équipe de France lors du match contre l'Allemagne, le 13 novembre 2015. — MIGUEL MEDINA / AFP

FOOTBALL

Equipe de France: Etre ou non dans la dernière liste, ça veut dire quoi en vue de l'Euro?

La liste dévoilée par Didier Deschamps ce jeudi pour les prochains matchs amicaux sera la dernière avant de connaître les joueurs appelés à disputer l’Euro…

Le temps presse pour les candidats à l’Euro. Tout le monde y pense depuis le début de saison, mais là, c’est le moment. Le mois de mars est là, etDidier Deschamps doit annoncer jeudi la liste des joueurs retenus pour les matchs amicaux face aux Pays-Bas (25 mars) et à la Russie (29 mars). Ce sera la dernière revue d’effectif avant de connaître, en mai, les vingt-trois Bleus qui doivent permettre à la France de triompher à domicile, comme d’habitude.

>> A lire aussi: Le Graët envisage de rencontrer Benzema et Valbuena d'ici à début avril

Instinctivement, si on se met deux secondes à la place des joueurs, on se dit qu’on préférerait y être. On ne parle pas là bien sûr des « certains », les Lloris, Varane, Evra, Pogba ou Griezmann, mais de tous les autres. Ceux qui voient leur statut d’indéboulonnable peu à peu remis en cause, ceux qui vont et viennent au gré de leur état de forme et de celui de leur concurrent, ou ceux qui attendent de voir si le sélectionneur va leur laisser leur chance malgré leur jeune âge (non non, on ne vise personne…).

Bien sûr, ce n’est pas ce que dira Didier Deschamps lors de sa conférence de presse. Sans appeler Elisabeth Tessier, on peut déjà vous dévoiler les réponses du sélectionneur quand il sera titillé sur la présence d’untel plutôt qu’untel. Il piochera à peu près parmi :

  • « Vous voulez parler des absents, mais il y en a beaucoup qui ne sont pas là. Je préfère parler de ceux qui sont là. »
  • « Ah pour vous c’est une surprise qu’il soit appelé pour la première fois à ce moment-là ? Pas pour moi. »
  • « Il est déjà venu avec nous. »
  • « Je le considère comme un élément de qualité. »
  • « On ne sait jamais ce qui peut se passer d’ici à mai. »

Voilà ce qu’il disait le 27 février 2014, lors de l’annonce de sa liste pour le match face aux Pays-Bas (déjà), le dernier avant de choisir qui s’envolerait pour le Brésil.

Finalement, un seul n’avait pas été retenu pour la Coupe du monde : Dimitri Payet.

La dernière liste de Deschamps avant celle pour le Mondial 2014.
La dernière liste de Deschamps avant celle pour le Mondial 2014. - RTL.fr

 

Si l’on regarde les dernières grandes compétitions, l’histoire est faite d’exemples et de contre-exemples. Louis Saha qui débarque au dernier moment pour l’Euro 2004, n’est plus appelé ensuite pendant deux ans et qui réapparaît juste à temps pour le Mondial 2006. Julien Escudé, de toutes les sélections en 2009, titulaire contre l’Espagne en mars 2010 et qui n’ira pas en Afrique du Sud. Trezeguet (2008), Clerc (2006), Réveillère (2006), Boumsong (2010), Squillaci (2008 et 2010)… la liste est longue, dans un sens ou dans l’autre.

« Cette dernière liste a autant d’importance que les autres, assure Pierre Mankowski, qui fût l’adjoint de Santini puis Domenech entre 2002 et 2010. Au mois de mars on fait la meilleure équipe pour le mois de mars, et en mai on fait la meilleure équipe pour la compétition. »

« Le sélectionneur ne fait pas en fonction des noms mais en fonction de ce dont il a besoin »

D’accord, mais pour les joueurs qui n’ont pas leur rond de serviette à Clairefontaine, ne pas y passer en mars ce n’est pas très bon signe, non ? « Pas du tout, répond l’actuel sélectionneur des Espoirs. Il y a encore quelques semaines de compétition avant la vraie liste. Ce n’est pas parce qu’un joueur n’y est pas que c’est fini pour lui. Le sélectionneur ne fait pas en fonction des noms mais en fonction de ce dont il a besoin. »

Quoi qu’il en soit, la liste de Deschamps pour les Pays-Bas et la Russie recèlera quelques indications. Il va, déjà, devoir faire des choix. En attendant de régler l’affaire Benzema-Valbuena, il dispose d’une quarantaine de joueurs susceptibles de jouer l’Euro. « Quand on est sélectionneur, on préfère toujours avoir un choix très large que de ne pas avoir de questions à se poser », affirme Mankowski. Les joueurs, eux, ne doivent sûrement pas penser de la même manière.