Arsenal plante deux buts en deux minutes et remonte sur le podium avant Leicester

FOOTBALL Les Gunners ont dominé Bournemouth...

R.B. avec AFP

— 

Arsenal a battu Bournemouth, grâce notamment à ce but d'Ozil, le 7 février 2016.
Arsenal a battu Bournemouth, grâce notamment à ce but d'Ozil, le 7 février 2016. — Mercury Press/Shutterst/SIPA

Arsenal est remonté sur le podium dimanche après sa victoire en 88 secondes sur Bournemouth (2-0) lors de la 25e journée du Championnat d'Angleterre.

Les «Gunners» ont finalement su profiter de la victoire du leader Leicester à Manchester City samedi (3-1): avec 48 points ils remontent à la 3e place, à égalité avec leurs rivaux honnis, Tottenham (2e), victorieux contre Watford (1-0).

Après ses déconvenues à l'Emirates Stadium contre Southampton (0-0) et Chelsea (0-1), ses modestes déplacements à Stoke (0-0) et Liverpool (3-3), Arsenal s'est rabiboché deux minutes avec son football pour aller chercher une première victoire en championnat depuis le 2 janvier (1-0 contre Newcastle).

Dans le Dorset, les Londoniens ont plié le match en 88 secondes de rêve lors d'une première période pas transcendante.

Après un premier quart d'heure à l'avantage de «Cherries» plus entreprenants et plus impliqués physiquement, les «Gunners» ont frappé deux fois.

Ozil a d'abord repris d'une lourde demi-volée, une superbe remise de la tête de Giroud (1-0, 23).

Moins de deux minutes plus tard, Oxlade-Chamberlain, bien servi par Ramsey, débordait la défense de Bournemouth et plaçait une formidable frappe croisée au pied du poteau (2-0, 25).

Arsenal a ensuite retrouvé son rythme de sénateur, à peine relevé par l'activité d'Alexis Sanchez ou les ouvertures de Ramsey, laissant le ballon à Bournemouth.

Mais, les «Cherries», 15e de Premier League, ont manqué de talent pour faire fléchir la défense londonienne et un impérial Petr Cech.

A partir de 17h, la partie dominicale de cette 25e journée se conclura par le choc entre Chelsea (13e) et Manchester United (5e), deux géants d'Angleterre plus vraiment concernés par la perspective d'être champion, mais tout de même lauréats de neuf des 11 derniers titres.