Dopage dans l'athlétisme: Le bras droit de Sebastian Coe mis en cause dans un mail accablant

ATHLETISME Il aurait tenté d'élaborer une stratégie pour minimiser l'impact des contrôles positifs russes...

R.B.
Sebastian Coe à son arrivée au Parlement britannique le 2 décembre 2015.
Sebastian Coe à son arrivée au Parlement britannique le 2 décembre 2015. — JUSTIN TALLIS / AFP

Les affaires de la Fifa vous lassent ? Venez vous plonger dans celles de la fédération internationale d’athlétisme. Lundi, Le Monde a publié un mail de Nick Davies, directeur de cabinet du président de l’IAAF Sebastien Coe, adressé en juillet 2013 à Papa Massata Dick, fils de l’ex-président de l’instance mis en examen en novembre, alors consultant en marketing pour la fédération internationale. Quelques lignes très embarrassantes puisqu’elles dévoilent la manière dont Davies, ancien porte-parole de l’IAAF, aurait tenté de minimiser les scandales de dopage de l’athlétisme russe.

Quand le bras droit de #Coe tentait d’étouffer le scandale #doping #IAAF (par @y_bouchez https ://t.co/WXKzxMCgcK pic.twitter.com/ldDMYbBjrc
— Stéphane Mandard (@StephaneMandard) 21 Décembre 2015

Un plan pour minimiser les effets des révélations

« Je pense que les cas des différents athlètes auraient dû être dévoilés il y a longtemps et que nous devons maintenant être intelligents, écrit l’actuel directeur de cabinet de Sebastian Coe. Si les coupables ne participent pas à la compétition, alors nous pourrions bien attendre que les championnats se terminent pour annoncer les cas. Ou nous en annonçons un ou deux mais en même temps que des athlètes d’autres pays. »

>> A lire aussi : « On savait comment se passaient les contrôles » en Russie explique un entraîneur français

« Nous pouvons aussi préparer un dossier sur les tests antidopage de l’IAAFqui montrera que l’une des raisons qui expliquent le fait que beaucoup de Russes se révèlent positifs est qu’ils se font beaucoup contrôler, poursuit-il. Dans le même sens, nous pouvons souligner le fait que le laboratoire de l’Agence mondiale antidopage [celui de Moscou, très probablement] relève de la responsabilité de l’AMA et que si l’AMA décide qu’il y a vraiment un problème, nous avons un plan B pour réaliser les tests à Lausanne. »

Coe déjà pris dans une autre affaire

Gênant pour Sebastian Coe, déjà visé par une enquête sur l’attribution des championnats du monde 2021 à Eugene, la ville de son ancien sponsor Nike. Contacté par Le Monde, Nick Davies affirme que ce mail n’était qu'« un échange d’idées au sujet de possibles stratégies liées aux relations presse en vue de sérieux challenges rencontrés autour de l’image de la compétition ». En voilà justement un beau.