Mort de Jules Bianchi: Opérations, espoir et fatalité, les neuf mois d'épreuves qui ont suivi l'accident

DRAME Le pilote français de 25 ans est décédé après une longue bataille...

B.V.

— 

Jules Bianchi juste avant le Grand Prix de Suzuka, le 5 octobre 2014.
Jules Bianchi juste avant le Grand Prix de Suzuka, le 5 octobre 2014. — Isifa Image Service sro/REX/SIPA

Du 5 octobre 2014 au 17 juillet 2015, Jules Bianchi s'est battu contre la fatalité. Victime d'un terrible accident lors du Grand Prix du Japon à l'automne, le jeune pilote français de 25 ans est décédé neuf mois plus tard au CHU de Nice. «Jules s'est battu jusqu'au bout, comme il l'a toujours fait, mais hier, sa bataille a pris fin» explique le communiqué publié par la famille. 20 Minutes résume en quelques dates le déroulé de cette terrible période.

5 octobre 2014: L'accident

Il est un peu plus de 10h du matin lorsque, sur le circuit détrempé de Suzuka au Grand Prix du Japon, Jules Bianchi perd le contrôle de sa Formule 1. Sa monoplace heurte alors un véhicule procédant à l'évacuation d'un autre pilote, Adrian Sutil. Bianchi, 25 ans, est évacué inconscient, en ambulance, vers l'hôpital général de Mie, à quelques kilomètres de Suzuka, avec un masque à oxygène sur le visage, et la course est définitivement interrompue. Son père Philippe Bianchi déclare sur la chaîne de télévision française France 3 que le pilote est «dans un état grave» et est «en train d'être opéré d'urgence pour un hématome à la tête».

F1: Opération terminée pour Jules Bianchi, «grièvement blessé à la tête»... L'hôpital ne communiquera pas avant lundi...

6 octobre 2014: Jules Bianchi est toujours dans un «état critique», sa famille est à son chevet

24 heures après son opération, la Fédération internationale de l’automobile (FIA) indique que le pilote français est dans un état «critique mais stable». «Comprenez-bien, c'est très très grave (sans évolution)», ajoute Matteo Bonciani, très ému car très proche de Bianchi, après avoir parlé brièvement, en anglais, en français et en italien, aux quelques journalistes qui attendaient depuis plusieurs heures. Il indique aussi que l'état de Bianchi est «stable», comprendre «sans évolution dans un sens ou dans l'autre». Les parents de Jules arrivent dans la soirée au chevet de leur fils.

Jules Bianchi toujours dans un état «critique», ses parents à son chevet

6 octobre 2014: L'accident aurait-il pu être évité?

Pendant que Jules Bianchi est entre la vie et la mort, de nombreuses voix s'élèvent pour affirmer que le Grand Prix aurait du être reporté à cause des trombes de pluies. Et l'accident évité. «Ça faisait cinq tours que je disais de tout arrêter, sur la radio de bord», a expliqué après la course Felipe Massa, le pilote Williams, qui n'a pas été entendu par la direction de course. Alain Prost parle lui d'une «vraie faute» des commissaires après avoir visionné la vidéo de l'accident, rendue publique sur les réseaux sociaux.

Pouvait-on éviter l'accident de Jules Bianchi?

9 octobre 2014: Jules Bianchi «se bat comme il s'est toujours battu»

Philippe Bianchi sort de son silence. Dans un entretien accordé à Nice Matin, le père de Jules, toujours hospitalisé au Japon dans un état grave, quatre jours après son accident au Grand Prix de Suzuka, évoque le combat contre la mort de son fils. «Il n’y a pas de changement notable. Tout le monde sait qu’il est dans une phase critique, explique-t-il depuis l'hôpital de Yokkaichi. Jules se bat comme il s’est toujours battu. Comme en course. Il est fort. Il y a vraiment un élan extraordinaire que je ne pouvais pas soupçonner même si je sais que Jules est un gentil gamin.» Le père confirme que son fils «souffre d'une lésion axonale diffuse».

«C’est une lésion caractéristique d’un traumatisme crânien diffus, explique à 20 Minutes le Dr Michel Desgeorges, neurochirurgien. Ça ressemble à ce qu’a subi Michael Schumacher. Dans les traumatismes crâniens avec casque, toute l’énergie cinétique dégagée par le crash est transférée vers le centre du cerveau car la boîte crânienne est maintenue, elle ne peut pas se déformer. Il est donc normal que la substance blanche, qui est un tissu du système nerveux central, soit touchée. Apparemment le casque a résisté et donc toute l’énergie du choc s’est concentré sur la zone centrale. A priori c’est très grave. Mais c’est difficile à dire sans plus d’informations. Tout dépend de l’énergie qui a été transmise. Il vaut mieux parfois que le choc soit absorbé par la déformation du casque ou de la boîte crânienne. La boite crânienne est un casque naturel. Quand elle casse, ça donne des lésions locales. Si elle ne casse pas, l’énergie est redirigée vers le centre de la sphère et c’est donc le cerveau qui prend tout.»

«Il se bat comme il s’est toujours battu», estime le père de Jules Bianchi

12 octobre 2014: L'hommage des autres pilotes

Jules Bianchi dans toutes les têtes. Une semaine après le terrible accident dont a été victime le pilote Marussia au Japon, ses collègues lui ont rendu hommage juste avant le départ du Grand Prix de Russie. Les 21 pilotes de Formule 1, sans un mot, l'air grave, juste avant de monter dans le cockpit de leur monoplace, ont formé un cercle devant la grille de départ, pendant que les chaînes de télévision diffusaient un message numérique incrusté sur l'asphalte de la piste de l'Autodrome de Sotchi: «Jules, nous te soutenons tous».


L’ombre de Jules Bianchi planait sur le Grand Prix de Sotchi


5 novembre 2014: Un mois plus tard, toujours dans un état «critique mais stationnaire»

Un mois après son dramatique accident au Grand Prix du Japon, le 5 octobre, le Français Jules Bianchi est toujours hospitalisé à Yokkaichi, près de Suzuka, dans un état «critique mais stationnaire». L'agent du pilote, Nicolas Todt, a décidé que la communication devait être contrôlée et limitée au strict minimum, en accord avec la famille. Ca n'a pas empêché le père du pilote, Philippe Bianchi, de confier à un journaliste italien que l'état de Jules était «désespéré»

Un mois après son accident, quel est l'état de santé de Jules Bianchi?

19 novembre 2014: Sorti du coma artificiel, Bianchi est transféré en France et l'espoir renaît

L'espoir renaît pour Jules Bianchi. Dans un communiqué publié mercredi, sa famille annonce que le pilote français n'est plus dans le coma artificiel dans lequel il était plongé, et a pu être rapatrié au CHU de Nice la nuit dernière. «Jules n'est plus dans le coma artificiel dans lequel il avait été plongé après son accident, toutefois il est toujours inconscient. Il respire sans aide extérieure et ses signes vitaux sont stables, mais son état est toujours considéré comme critique. Son traitement entre maintenant dans une nouvelle phase, centrée sur le rétablissement de ses fonctions neurologiques».

Jules Bianchi est sorti du coma et a été rapatrié à l'hôpital de Nice

30 décembre 2014: Capable de respirer par lui-même, Bianchi démarre un processus de rééducation

Peu de changements, mais de l'espoir. Toujours hospitalisé au CHU de Nice plusieurs semaines, le pilote français «se trouve toujours inconscient mais capable de respirer par ses propres moyens.» Désormais transféré de l'unité de soins intensifs à celle de rééducation, il «continue de se battre, ce qui a permis aux médecins de démarrer un processus de rééducation extrêmement méticuleux».

Bianchi démarre un léger processus de rééducation

11 mars 2015: Des «petits progrès» selon son père

Il est toujours inconscient dans une chambre du CHU de Nice. Cinq mois après son terrible accident au Grand Prix du Japon, Jules Bianchi se remet très lentement comme le raconte le père du pilote de Formule 1, Philippe, mardi dans la Gazzetta dello Sport. «Il y a de tout petits progrès, mais il faut être patient, très patient, explique-t-il au quotidien sportif italien. Jules ne s’est pas encore réveillé et les docteurs ne peuvent se prononcer tant qu’il reste dans cet état. Il pourrait se réveiller, tout comme il pourrait rester dans cet état…» «Ce qui est sûr, c’est que Jules se bat et qu’il est fort, son état physique est bon. Nous nous battons aussi, à ses côtés et pour lui, mais vivre ainsi, pour sa maman, son frère, sa sœur et moi est inhumain. Mais nous devons être forts pour lui.»

Jules Bianchi fait «de tout petits progrès», raconte son père

13 avril 2015: Jules Bianchi reste dans le coma, mais il parvient à «serrer la main» de ses proches

Jules Bianchi va mieux, même si les progrès se font au compte-gouttes. C'est le sens du message qu'a voulu faire passer Philippe Bianchi, son père, dans un entretien accordé à Nice Matin. «D'un point de vue médical, son état est stable. Il est assez autonome. Tous ses organes fonctionnent normalement, sans assistance. Mais, pour l'instant, il reste inconscient, dans le coma», a expliqué Philippe Bianchi. Toutefois, ce dernier décèle quelques signes encourageants depuis le rapatriement de Jules au CHU de Nice, en novembre 2014. «De temps en temps, à son chevet, on voit qu'il se passe des choses. À certains moments, il est plus actif, il bouge plus, sa main nous serre...», s'enthousiasme Philippe Bianchi qui s'interroge malgré tout: «S'agit-il de simples réflexes ou de vraies réactions? Difficile de savoir. Le plus important, pour stimuler Jules, c'est qu'il sente une présence constante à ses côtés. Voilà pourquoi nous nous relayons chaque jour, sa maman, sa grande sœur, son petit frère et moi. Il y a aussi, Gina, la petite amie allemande de Jules, qui vit ici, désormais.»

Jules Bianchi reste dans le coma, mais il parvient à «serrer la main» de ses proches

21 mai 2015: «Quand on se lève, on pense à la vie de Jules, mais aussi à la mort»

Sur Canal +, Philippe Bianchi, père de Jules, toujours dans le coma sept mois après son accident au Grand Prix du Japon, a donné des nouvelles de son fils. Et si l’état du pilote Marussia ne s’améliore pas et qu’il reste dans un état critique, « la première chose c’est qu’il est en vie et je crois que c’est le plus important». «Aujourd’hui, on est dans une situation où ça stagne, car les évolutions neurologiques de Jules ne sont pas celles qu’on aimerait qu’elles soient, a confié Philippe Bianchi à Canal +Chaque soir, on dort avec le téléphone à côté. Quand on se lève le matin, on pense à la vie de Jules, mais on pense aussi à la mort. On est obligé de le faire dans une situation où on sait qu’il peut se passer beaucoup de choses pour lui. C’est terrible. » Il poursuit : «Je ne suis pas sûr que neurologiquement il ait le pouvoir de faire beaucoup de choses, mais c’est certain que le fait de le voir se battre nous donne beaucoup de force. C’est important pour nous, et tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, même si à un moment donné on se doit d’attendre un miracle. Chaque jour est alors très difficile, mais on se dit qu’il est encore là, toujours en vie, et ça nous permet de trouver la motivation, de garder la tête hors de l’eau.»
 
Grand Prix de Monaco - Interview exclusive Philippe Bianchi


14 juillet 2015: Philippe Bianchi de moins en moins optimiste

Cela va faire désormais neuf mois que Jules Bianchi est dans le coma, et l’état de santé du pilote français, gravement accidenté lors du Grand Prix du Japon l’an dernier, ne connaît pas vraiment d’amélioration notable selon son père, qui a témoigné au micro de France Info. «Le temps passant, ça me rend moins optimiste que j’ai pu l’être deux ou trois mois après l’accident où l’on pouvait espérer une évolution meilleure. En général, les progrès doivent se faire dans les premiers six mois et là ça fait neuf mois et Jules n’est toujours pas réveillé et il n’y a pas de progrès significatifs.» Philippe Bianchi qui rend visite tous les jours à Jules au CHU de Nice, semble se résoudre au pire. ll n’entend pas, en tout cas, «ranimer» son fils par tous les moyens. «S’il doit avoir des handicaps très lourds on est convaincu que ce n’est pas du tout ce que Jules voudrait. On en avait parlé. Il nous avait dit que s’il lui arrivait un jour un accident du type de celui de Michael Schumacher, s’il aurait eu ne serait-ce que le handicap de plus pouvoir conduire, il aurait beaucoup de difficulté à le vivre. Parce que c’était sa vie.»

Le père de Jules Bianchi est «moins optimiste qu'il a pu l'être après l'accident» pour son fils

17 juillet 2015: Jules Bianchi est décédé

«Jules s'est battu jusqu'au bout, comme il l'a toujours fait, mais hier, sa bataille a pris fin», écrit la famille du pilote de F1 dans un communiqué. Jules Bianchi, qui était dans le coma depuis son accident au Grand Prix de F1 du Japon en octobre, est mort vendredi soir à l'âge de 25 ans au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Nice, ont annoncé samedi matin ses proches, ajoutant: «Nous ressentons une peine immense et indescriptible».

Jules Bianchi est décédé à l'âge de 25 ans