Roland-Garros: «J’ai donné ce que j’avais à donner» estime Jo-Wilfried Tsonga

TENNIS Le Français n’est pas paru trop abattu en conférence de presse…

B.V.

— 

Jo-Wilfired Tsonga n'en revient pas, mais il a laissé filer le troisième set
Jo-Wilfired Tsonga n'en revient pas, mais il a laissé filer le troisième set — Michel Euler/AP/SIPA

Il a lancé son traditionnel « bonsoir » en arrivant dans la salle. Attendu par les médias, Jo-Wilfried Tsonga n’a pas semblé plus écroulé que ça par sa défaite cruelle contre Stan Wawrinka en demi-finale. Le Français regrette de ne pas avoir « su saisir les occasions » mais est avant tout content d’être « de retour au plus haut niveau ».

Quel est le sentiment qui prédomine après cette défaite ?

Forcément un peu de déception, j’aurais aimé aller plus loin. Mais j’ai donné ce que j’avais à donner. Je n’ai pas beaucoup de regrets sur ce match, même si j’aurai pu être un peu plus opportuniste. J’ai eu pas mal d’occasions de faire des breaks, je n’ai pas su les saisir.

La chaleur vous a gêné ?

Pas spécialement. C’est vrai qu’il ne faisait pas froid, mais je crois que c’est plutôt mon adversaire qui m’a gêné (rires).

Lors du troisième set, vous avez beaucoup d’occasions de faire le break et c’est finalement lui qui le gagne. C’est le tournant ?

On ne sait pas ce qu’il se serait passé si je l’avais gagné. Ça aurait été différent c’est sûr. C’est vrai que j’ai eu des occasions. Au début de match, il a vraiment bien joué et les balles m’échappaient un petit peu. Puis il a eu un coup de moins bien et dans ces cas-là, quand l’un baisse l’autre joue beaucoup mieux. Mais je n’ai pas particulièrement changé d’intensité.

Vous vous êtes dit à ce moment-là : « je suis meilleur que lui » ?

Pas du tout parce qu’on est meilleur quand on gagne ! Quand on ne gagne pas, on est moins bon. Il m’est arrivé de jouer des matches où je marquais plus de points que mon adversaire et de perdre. Quand tu as perdu, tu as perdu, tu es donc moins bon. Elle était bien piège cette question… Elle était pas mal celle-là…

On aurait peut-être aimé un Central un peu plus bouillant

Il a été vraiment top et fair-play, parce qu’il n’a pas gêné Stan et c’est très bien. Ils ont été supers. En tout cas, je n’ai pas grand-chose à dire là-dessus, à part les remercier pour la fin où, finalement, je sors avec les applaudissements du public

Avec un peu de recul, qu’est ce qu’il restera de ce Roland-Garros pour vous ?

Ce qui va prédominer, et ce qui prédomine déjà, c’est que ça avance. Après les pépins que j‘ai eus je suis content d’être de retour au plus haut niveau. Je suis pressé d’attaquer la suite. J’espère que je ne vais pas m’arrêter là et que physiquement je vais répéter ce genre de situation pour peut-être une fois essayer de passer.