Bernard Hinault vous a répondu: «Un système de divisions comme au foot peut vraiment faire évoluer le cyclisme»

CHAT L'ancien coureur cycliste vous a répondu ce mercredi...

C.G et C.L
— 
Bernard Hinault à la rédaction de 20 Minutes, le 27 mai 2015.
Bernard Hinault à la rédaction de 20 Minutes, le 27 mai 2015. — A. Delaunoy / 20 Minutes

Merci à tous, le chat est terminé. 

Le mot de la fin:

Pour prolonger cet agréable moment, vous pouvez vous reporter au livre que je viens d’écrire avec Christian Laborde, Bernard Hinault, l’épopée du blaireau (Mareuil Editions). Dans ce livre, il est raconté ma carrière mais aussi toute ma vie, depuis ma naissance. Avec ce matériau, toutes les données que j’ai livrées à Christian, on en a fait un roman biographique. C’est la première fois que je collabore avec un écrivain. C’était très sympa, surtout quand on voit le résultat. Bonne lecture, Bernard.

Manonita: Quel est le meilleur souvenir de votre carrière?

C’est 12 ans de compétitions, avec que du bonheur. C’est difficile d’en extraire un. A chaque moment, c’était la même joie. On oublie toutes les difficultés, tous les mauvais moments, pour ne garder que ce qui est bon...

Gonzague: Le tour 1986, étape Briançon - Alpe d'Huez  L'attaque dans la descente avec Greg Lemond, les motos qui n'arrivent plus à vous suivre, le journaliste qui crie que ça va à plus de 100 km/h, puis l'ascension de l'Alpe d'Huez dans la foule et l'arrivée main dans la main avec Lemond... Une des plus belles images du Tour de France, merci! Pensez-vous que l'on puisse encore revoir cela un jour?

Il n’y a pas de raison pour que l’on puisse revoir ça! J’ai finalement pris la victoire. Je n’allais pas lui laisser l’étape et le maillot jaune! Une petite part pour moi… Cela fait partie de mes grands moments vécus pendant ma carrière de cycliste.

Ecr77: Si vous étiez encore dans le peloton en 2015 avec une cinquième victoire dans le tour, auriez-vous continué quelques années de plus?

C’est possible, je n’y ai jamais réellement pensé.

Mixio56: Le contre la montre par équipe arrive à Plumelec cette année. Quel souvenir gardez-vous de la Côte de Cadoudal dans le final de l'étape?

Un grand moment. Au départ, tout le monde a pensé qu’Eric Vanderaerden avait gagné. Et puis je suis passé derrière et j’ai finalement pris la victoire! C’était une grande fête. Surtout quand on est en Bretagne!

Arnaud: Que conseiller à un jeune qui veut faire une carrière professionnelle dans le cyclisme?

La première des choses est de prendre du plaisir. Et puis d’être un vrai professionnel. De faire ce qu’il faut pour être devant et gagner. Je dis toujours que l'entraînement ça paye. A mon époque, je faisais entre 40.000 et 42.000 kilomètres entre l'entraînement et la course. Cela ne fait que 200 kilomètres pendant 200 jours. Il vous reste 165 jours!

Linda-B Bonjour, Alberto Contador a pour objectif cette année de remporter à la fois le Giro et le Tour de France. Pensez-vous qu'il en est capable? Si un coureur devait réaliser un tel doublé, qui voyez-vous le plus à même de réussir cet objectif qui n'a plus été réalisé depuis Marco Pantani? 

Je pense qu’Alberto Contador doit d’abord déjà finir le Tour d’Italie. Après, on verra bien dans quel état physique il ressort.
Nous on a réussi à enchaîner et gagner les deux, d’autres peuvent donc aussi le faire. Il serait même plus facile de gagner les trois (La Vuelta, le Giro, et le Tour de France), car entre chaque compétition il y a un mois pour récupérer...

Helbiou: Y a-t-il dans les espoirs du cyclisme français, un coureur capable de remporter le tour?

Les Français ne peuvent pas gagner avec la tactique d’aujourd’hui. Il ne faut pas qu’ils aient peur d’attaquer. Par exemple Thomas Voeckler, qui n’avait pas eu peur d’attaquer, a terminé 4e du Tour 2011.

Purito: A la vue du parcours de ce tour de France 2015, quel est selon vous le coureur le plus avantagé pour le classement général?

Il n’y a pas un coureur avantagé. Mais ce sont quand mêmes les grimpeurs qui sont les plus avantagés: Quintana, Froome, Nibali, Contador… 

En ce qui concerne les Français, il faut qu’ils changent de tactique de course, s’ils veulent avoir leur chance.

Seb Buffaz: Bonjour, comment vont vos vaches? Continuez-vous l’élevage?

J’ai arrêté en 2006. Cela ne m’empêche pas d’avoir la même vue sur l’élevage, les beaux animaux, quand je fais du vélo.

Jafo: Bonjour, aujourd’hui on ne parle que de dopage. Pourquoi? Il a pourtant toujours existé...

Malheureusement, il existe dans tous les autres sports. Mais c’est fermé. Et nous, nous sommes sur la voie publique… Donc on fait ce qu’on veut.
Cela revient à une question précédente, le Sénat donne les coureurs comme les 6e. Quand on fait 1.000 fois plus de contrôle dans un sport, c’est toujours plus facile d’en trouver...

Nicodestpol: Ne trouves-tu pas que le cyclisme est devenu mois spectaculaire, plus stratégique, bref, qu’on s’ennuie un peu?

Vous avez raison. Il y a trop de stratégie, et pas assez de course d'instinct de la part des champions. Les oreillettes participent notamment à toutes ces stratégies et qui font que les coureurs n’ont pas envie de bouger. Et certains sont contents de ce système…  Le directeur sportif ne donne pas les consignes aux coureurs d’attaquer. Certains de ces coureurs restent dans le peloton. J’en reviens au système que j’ai évoqué dans une question précédente. Ce système de divisions peut faire vraiment évoluer le cyclisme.

Pascal: Le cyclisme de légende s'est arrêté avec Miguel Indurain , en 1995, la période Amstrong fut une supercherie. Pensez-vous qu'un jour nous puissions retrouver un vrai cyclisme de légende?

Je suis d’accord avec vous. Si on prend le système que j’ai annoncé précédemment, avec des équipes qui montent et qui descendent, je pense qu’on pourrait retrouver du plaisir dans le cyclisme...

Grimpeur 21: Sincèrement, peut-on gagner un Tour à l'eau minérale?

Oui, bien sûr. Nous ne sommes pas plus mauvais que d’autres sports. L’enquête du Sénat a dit que les coureurs sont les sixièmes dans la liste des sportifs qui trichent. Tout le monde connaît les cinq premiers. Les cyclistes sont les sportifs les plus contrôlés. Donc c’est très difficile de tricher aujourd’hui dans ce sport.

Waroch: Êtes-vous fan d'Alain Barrière?

Alain Barrière, c’est un peu ma génération. Et puis c’est un Breton. Donc, oui j’aime bien le chanteur.

Ju Aixois: Bonjour, quelles nouvelles pistes pourraient être envisagées par les différents organisateurs pour éviter des courses stéréotypées qui réservent presque toujours des scénarii fantastiques... qui aboutissent le plus souvent à des courses de côte?

La piste, elle est facile à comprendre. Il faut faire un système de montée et de descente dans les catégories. Aujourd’hui, le problème est qu’on achète une licence, pour avoir le droit de courir. Mais malheureusement, cela ne donne pas la garantie de faire des résultats. Il faut prendre le système du foot, où il y a trois divisions principales. Si les deux derniers du classement descendaient dans une division inférieure, cela changerait beaucoup de choses… Il faut essayer.
Il y a eu un projet à ce sujet, mais cela a l’air de tomber à l’eau. Car tout le monde ne veut pas voir ce système. C’est plus facile d’acheter un droit de courir que d’avoir des résultats. Car avec cette licence on participe librement, on l'impose aux grands événements cyclistes.

Pedro93: Avez-vous des regrets?

Oui j’ai des regrets. Notamment celui d’être le dernier vainqueur du tour. C’était en 1985, 30 ans cette année! On a jamais eu une période aussi longue dans toute l’histoire du cyclisme.
Je pense qu'actuellement on a beaucoup de jeunes mais il leur manque un petit quelque chose. Soit 10% dans la haute montagne par rapport aux grands grimpeurs. Et 10% dans le contre la montre par rapport aux grands rouleurs. Avec cela, on ne peut pas gagner...

Makalu: Bonjour, comment expliquez-vous que vous soyez le dernier Français à avoir remporté le tour de France? Actuellement, nous brillons dans beaucoup de disciplines sportives française ou nous étions absent des podiums il y a encore quelques années. Pensez-vous que cela est du à la méthode d'entraînement ou à un mental différent de nos concurrents?

Je pense qu’en France, on a pas de cycliste qui est hors du commun. Mais les méthodes d'entraînement sont peut être à revoir. Le mental, je pense qu’ils l’ont.

------------------------------

Dernier maillot jaune français à avoir remporté le Tour de France en 1985, Bernard Hinault se confie dans Bernard Hinault, l'épopée du blaireau. Un livre écrit avec Christian Laborde dans lequel les fans de vélo pourront revivre la carrière du plus beau palmarès français du cyclisme. Une belle échappée littéraire en perspective.

A cette occasion, il sera de passage à 20 Minutes mercredi pour un chat avec les internautes.

>> Posez vos questions à Bernard Hinault, quintuple vainqueur du Tour, et à l’écrivain Christian Laborde dans le formulaire ci-dessous ou via chat@20minutes.fr. Ils vous répondent mercredi dès 15h.