Le Top 14 fait valser les têtes

©2007 20 minutes

— 

A trois journées de la fin du Top 14, sept équipes tentent encore d'éviter les deux dernières places, synonymes de relégation. Seulement 5 points séparent ainsi le dernier du classement, Narbonne, et le huitième, Castres.

Cette situation très tendue a provoqué ces derniers mois quelques limogeages spectaculaires, sept au total, un score digne du championnat de Ligue 1 de football. Dernier épisode en date, Daniel Dubroca, président d'Agen et ancien entraîneur du XV de France, vient de virer ses deux techniciens, Didier Faugeron et Loïc Van der Linden, pour mettre en place une autogestion des joueurs à l'image de ce qu'avait fait, avec succès, le Stade Français en 2000. « C'était la dernière solution, elle s'imposait malheureusement car le club, dans la situation où il se trouve

(9e du Top 14), avait besoin d'un vrai électrochoc », s'est justifié Dubroca.

Autre symbole de cette fébrilité, Castres, 8e, a remercié il y a deux semaines Laurent Seigne au motif que ce dernier avait des contacts avancés avec Brive, actuel 13e et relégable. De quoi faire bondir le président briviste, Patrick Sébastien, qui avait mis à l'écart son entraîneur, Michel Peuchlestrade, un mois après son arrivée à la tête du club, fin février. « Sept entraîneurs remerciés en une saison, c'est trop ! C'est la solution de facilité, car on vire plus facilement un coach qu'une équipe entière. Mais franchement, c'est rarement une décision efficace au niveau du classement », a commenté l'entraîneur du XV de France, Bernard Laporte, sur RMC.