VIDEO. Quand Monaco fait rêver toute la France en Coupe d'Europe

FOOTBALL La victoire à Monaco n'est pas le premier exploit de l'ASM en Coupe d'Europe...

J.L.

— 

Ludovic Giuly a duel avec Zinédine Zidane, en avril 2004.
Ludovic Giuly a duel avec Zinédine Zidane, en avril 2004. — PATRICK GARDIN/AP/SIPA

La nuit d'Arsenal restera longtemps gravée dans la mémoire des amoureux du foot et de Monaco, qui ne sont pas les plus mal lotis en la matière. Car l'ASM n'est pas née à Londres en 2015. Le club monégasque peut en effet se targuer comme peu d'autres clubs en France d'une immense culture européenne, ponctuée de quelques coups fumants. Florilège.

Elimination de l'AS Rome en 92

Avant la C1 de 2004, Monaco a déjà joué une finale de Coupe de l'UEFA, en 1992, jouée sans conviction face au Werder Brême, le lendemain du drame de Furiani. Mais le vrai exploit a eu lieu un peu plus tôt. Contre la Roma de Rudi Völler, l'ASM tient le coup à l'aller avant de l'emporter 1-0 au retour. Débordement de Luc Sonor, tête de Rui Barros, et un stade Louis II en transe (20.000 spectateurs, record d'affluence inégalé depuis), avec un certain Wenger sur le banc.

Le renversement contre le Sporting en 97

Nous sommes en phase de poule, et l'ASM, menée 2-0 par le Sporting Portugal à la mi-temps à Louis II, est presque éliminée de la C1. Mais la révolte est menée par les deux jeunots du club. Trezeguet, d'abord, d'un coup de boule maison, puis Henry, alors ailier gauche, traîne deux fois au bon moment dans la surface pour terminer la remontada monégasque.

Le coup de canon de Trezegol à Old Trafford en 98

Après avoir vaillamment tenu le 0-0 à la maison à l'aller, Monaco est dans ses petits souliers avant de défier le grand Manchester de David Beckham et Andy Cole à Old Trafford. Mais comme Martial face à Arsenal mercredi, c'est un autre attaquant français qui va se révéler définitivement sur une pelouse anglaise. David Trezeguet ouvre le score d'un coup de canon mémorable, une frappe mesurée à 157 km/h, la plus puissante de l'histoire de la compétition, un record qui court encore. L'ASM tient le nul (1-1) et file en demies, où la Juventus mettra fin à son parcours.

La soirée inoubliable de la Corogne en 2003

Le maillot immonde de La Corogne méritait une punition, c'est un fait. Mais de là à en planter 8 à une des meilleures équipes d'Europe... Sans Morientes, mais avec Prso, auteur d'un quadruplé -ou quintuplé, on ne sait plus trop- Monaco dicte le rythme d'un match fou. 4-0 à la demi-heure de jeu, 4-2 (presque 4-3) puis 5-2 à la mi-temps, 8-3 à la fin du match. Le premier exploit d'une saison absolument extraordinaire pour l'ASM, malheureusement mal terminée (finale en C1, deuxième en L1).

Le grand Real tombe à Louis II, en 2004

Le chef-d’œuvre absolu de l'épopée monégasque en Coupe d'Europe. A l'aller, pourtant, Monaco avait été secoué comme un prunier à Bernabeu, remis dans le coup in extremis de Morientes. L'attaquant espagnol, passé par le Real, sera encore plus immense au retour. Sa déviation de la tête pour Giuly fait douter les Madrilènes (1-1 à la mi-temps), et son envol victorieux, quelques minutes plus tard, fait rêver tout un stade. C'est finalement Giuly, d'une talonnade bien sentie, qui bouclera l'affaire, mettant fin, sans le savoir, à l'ère des Galactiques.