Ligue Europa: Ce que les clubs français doivent emprunter à Guingamp

FOOTBALL Les Bretons sont l’équipe tricolore en meilleure position pour se qualifier…

R.B.

— 

Les Guingampais fêtent leur but lors de la victoire de Guingamp contre Minsk le 6 novembre 2014.
Les Guingampais fêtent leur but lors de la victoire de Guingamp contre Minsk le 6 novembre 2014. — FRED TANNEAU / AFP

Au commencement, il y avait les éternelles blagues sur les paysans et les estimations du nombre de fessées à venir. A 90 minutes du terme, on rigole nettement moins. Moins coté que Lille ou à Saint-Etienne à son entrée en Ligue Europa, Guingamp est la seule équipe française à avoir remporté un match dans la compétition et aborde cette ultime journée de poule dans une meilleure position pour rejoindre les 16es que les Nordistes ou les Verts. Avant le déplacement au PAOK Salonique jeudi (21h05, beIN Sports 2), petit guide, inspiré des Bretons, à destination des clubs tricolores.

Fournir du spectacle

A moins d’être le supporter le plus fanatique du monde, difficile d’affirmer que le spectacle a été toujours emballant lors des rencontres du Losc ou de Saint-Etienne. Guingamp n’a jamais ressemblé au Barça mais si on omet un 0-0 ramené de la froide pelouse du Dynamo Minsk en octobre, on a souvent apprécié le spectacle teinté d'un manque de réalisme parfois frustrant. «Même s’ils perdent lourdement contre la Fiorentina, on ne peut pas dire qu’ils ont été nuls pour l’instant, explique Brahim Thiam, consultant pour beIN Sports. Le contenu a toujours été plutôt bon contrairement à Lille où ça a été plus laborieux.»

Profiter de l’Europe

On aime bien Christophe Mandanne mais on n’affirmera pas main sur la Constitution qu’il bouclera sa carrière avec des dizaines de matchs européens derrière lui. Pour la plupart sans aucune expérience de ce type de confrontations, les Guingampais ont surfé sur leur victoire surprise en Coupe de France la saison dernière. «Jouer la coupe d'Europe est très excitant, c'est un parfum différent du championnat, explique l’entraîneur costarmoricain Jocelyn Gourvennec. C'est rare dans la carrière d'un joueur, en tout cas d'un joueur de Guingamp.» «Ils n’ont pas le CV de joueurs internationaux, poursuit Thiam. Ils se sentent le devoir de la jouer à fond.»

Calculer (un peu) moins

D'accord, ça leur a sûrement coûté quelques points contre la Fiorentina mais les Guingampais ont joué chaque rencontre à fond et avec l'envie de s'imposer partout là où on a eu l'impression que les Verts prenaient un malin plaisir à grignoter des matchs nuls à droite à gauche et les Lillois à assurer avant tout leurs arrières. «Ils ne calculent pas parce qu'ils n'ont pas l'équipe ni la marge pour le faire, souligne Thiam. Contre le PAOK, il faudra résister à la pression dans les premières minutes mais je suis sûr qu'ils vont essayer ensuite de tenter leur chance devant.» Exactement ce que l'on a envie de voir en 16es de finale.