Le Losc navigue entre deux eaux

FOOTBALL LIGUE 1 Si loin, si proche. Rejeté à la 6e place du classement après le crash contre Valenciennes (0-2), dimanche...

Antoine Maes

— 

Si loin, si proche. Rejeté à la 6e place du classement après le crash contre Valenciennes (0-2), dimanche, le Losc n'est qu'à trois points du podium. Mais tous les signaux sont passés au rouge. « Franchement, ça fout les boules. Mais je préfère notre place à celle du PSG », positive Ludovic Obraniak. N'empêche, les lacunes lilloises sont profondes. Il y a d'abord ce manque cruel de réalisme. Les Dogues n'ont en effet inscrit que neuf buts sur les onze derniers matchs. « Ce ne sont pas les attaquants qui ne marquent pas, c'est toute une équipe », relève Matthieu Chalmé. Aux avant-postes, Odemwingie et Keita, souvent réprimandé par leurs partenaires, ont ainsi affiché une nervosité inquiétante. « Il faut que tout le monde se serre les coudes », insiste Obraniak.Problème, après sa deuxième défaite consécutive, on ne parle plus de surplace, mais carrément de recul. « Si on continue comme ça, on finira dans le ventre mou », prévient Chalmé. Et si la défaite face au VAFC n'a dans le contenu rien à voir avec le revers face au Mans (0-2) quinze jours auparavant, c'est une sacrée chape de guigne qui semble s'être abattue sur les crânes lillois. « C'est dur de perdre un tel match après un but chanceux, c'est le moins que l'on puisse dire... On a fait un bon match, mais on n'est pas sur une bonne dynamique », assure l'entraîneur Claude Puel. C'est à Marseille, dimanche, qu'il faudra l'inverser.

programme Les Dogues ont profité d'un jour de repos, hier. Ils seront de retour à l'entraînement cet après-midi. Demain, le milieu défensif Yohan Cabaye (cheville) passera des examens pour estimer la durée de son indisponibilté.