World series de Baseball: Comment convertir les Français à un sport qu’ils ne connaissent pas?

SPORT US BeIN Sports diffuse les finales du championnat américain de baseball. Avec pédagogie, forcément…

B.V.
— 
Des joueurs de San Francisco et Kansas City s'affrontent lors des World Series de baseball, le 25 octobre 2014
Des joueurs de San Francisco et Kansas City s'affrontent lors des World Series de baseball, le 25 octobre 2014 — BRUCE GORDON/NEWSCOM/SIPA

Diffuseur en France de la NFL, BeIn Sports tente aussi d’apprendre au public hexagonal les joies du baseball, dont il retransmet depuis la semaine passée les finales de la Ligue Américaine (MLB), entre Kansas City et San Francisco (tous les soirs à 2h). Pas forcément évident dans un pays qui ne comprend rien aux termes «home run» ou «strike out». Commentateur de ces World Series, Samyr Hamoudi explique à 20 Minutes comment il veut dépasser les idées reçues pour conquérir un nouveau public.

«Je comprends strictement rien aux règles de ce sport»

C’est le principal défi. Le profane ne va pas rester plus de dix minutes sans zapper (surtout à 2h du matin) s’il ne comprend rien à ce qu’il se passe sur le terrain. «Aujourd’hui, dans ces disciplines, l’objectif est d’éduquer les gens à des règles et à des sports qu’ils ne connaissent pas, confirme Samyr Hamoudi. On fait donc beaucoup de vulgarisation mais le néophyte est très content qu’on ne le prenne pas pour un jambon et qu’on ne lui réexplique pas dix fois les mêmes choses.» Pour cela, BeIn s’appuie sur des consultants «très pédagogues qu’on connaît et qu’on forme depuis longtemps», poursuit le commentateur. Et prend parfois le temps d’expliquer certaines situations de jeu en profondeur avec des palettes tactiques, ainsi que de répondre en direct aux questions des téléspectateurs via Twitter. «Forcément, on sera plus à même d’expliquer quelque chose à une personne si elle nous pose la question avec ses mots à elle», conclut le journaliste.

«De toute façon, c’est juste un mec qui tape dans une balle»

Le plus dur lorsqu’on découvre un nouveau sport est de faire l’effort d’en saisir les subtilités tactiques. «Le baseball est un sport passionnant quand on le comprend un minimum, assure Samyr Hamoudi. Ce n’est pas juste un mec qui tape dans une balle le plus loin possible. Je le compare un peu au cyclisme, un sport dont on ne perçoit pas forcément la tactique mais qu’il faut savoir expliquer au moment ou ça arrive.»

«Mais c’est quoi tous ces temps morts?»

Le sport américain, c’est avant tout un divertissement pour justifier beaucoup de publicités et des pauses nachos. Les nombreuses coupures qui hachent les rencontres de foot US ou de baseball peuvent horripiler le spectateur européen. «Ce n’est pas chiant, c’est hyper spectaculaire! A nous de faire comprendre pourquoi ces sports sont coupés et à nous de combler le découpage, explique Samyr Hamoudi. Pendant les temps morts, on passe des «highlights» pour en mettre plein les yeux aux spectateurs ou on profite justement pour revenir sur des détails techniques ou des règles que les gens peuvent ne pas comprendre.» Pour cela, la réalisation américaine aide beaucoup. «Si l’on compare n’importe quel match de baseball, de NFL ou de NHL (hockey) à un match en prime time de L1, il n’y a pas photo, explique-t-il. En termes de réalisation, c’est un spectacle hors-norme, ils sont capables de proposer des ralentis de malades. Aux Etats-Unis, on regarde le baseball comme on va au cinéma.»