VIDEO. Equipe de France espoirs: Pour Raymond Domenech, «quand on voit le comportement de Kurzawa, on se dit qu’il est débile»

FOOTBALL Il a aussi été sélectionneur des Espoirs…

B.V.

— 

Layvin Kurzawa chambre les Suédois le 14 octobre 2014.
Layvin Kurzawa chambre les Suédois le 14 octobre 2014. — JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Pendant longtemps, avant de prendre en main la sélection nationale, Raymond Domenech a coaché les Espoirs. Avec plus ou moins de réussite, d’ailleurs, mais son passé lui donne une certaine légitimité pour juger la prestation des petits bleus, catastrophiques face à la Suède mardi soir.

Un manque total d'engagement

«Pour les joueurs qui ont participé à la déroute contre la Suède, c’est une terrible gifle, estime-t-il dans une interview donnée au Monde. S’ils n’intègrent pas ça, c’est à désespérer. Ça doit leur servir de leçon pour la suite s’ils veulent intégrer l’équipe de France: même quand on joue contre des équipes comme les Îles Feroé, les matchs ne se jouent pas sur le talent individuel mais sur un état d’esprit.»

Il poursuit: «Comme l'a dit justement Pierre Mankowski, il y a eu un manque total d'engagement, de détermination, de sérieux. On parle tellement de ces joueurs, ils sont tellement dans un statut de stars, ils sont tellement persuadés d'être des champions... qu'ils s'imaginent qu'il leur suffit de se présenter sur le terrain pour l'emporter. Or ce n'est pas parce qu'ils jouent dans des grands clubs  qu'un match est gagné d'avance. On a beau leur expliquer, leur rabâcher l'importance de la détermination dans ces matchs-là... Ça en devient fatigant.»

Et c’est évidemment le héros de la soirée, le trop chambreur Layvin Kurzawa, qui a pris le plus cher. «Quand on voit le comportement de Kurzawa, on se dit qu’il est débile, on se demande où il a mis son cerveau.»