Qualifications Euro 2016: Guus Hiddink déjà en danger après la défaite des Pays-Bas en Islande

FOOTBALL Les Néerlandais sont en crise...

20 Minutes avec AFP

— 

Guus Hiddink lors d'un match entre les Pays-Bas et le Kazakhstan le 10 octobre 2014.
Guus Hiddink lors d'un match entre les Pays-Bas et le Kazakhstan le 10 octobre 2014. — Peter Dejong/AP/SIPA

Les Pays-Bas, battus lundi en Islande (2-0), sont en mauvaise posture au sein du groupe A des qualifications pour l'Euro 2016, 3e avec trois points sur neuf, ce qui place déjà le sélectionneur Guus Hiddink sur un siège éjectable.

«Hiddink, c'est fini, il est temps de laisser la place à un entraîneur plus jeune», a déclaré lundi soir Frank de Boer, l'entraîneur de l'Ajax, qui plaide ouvertement pour le départ du mentor de 67 ans et l'intronisation de son adjoint Danny Blind.

De Boer n'est pas le seul à poser la question du maintien d'Hiddink, qui avait succédé à Louis van Gaal cet été après la belle troisième place obtenue en Coupe du monde. Mardi, la presse néerlandaise en faisait de même. Sur son site internet, le magazine Voetbal International demandait: «Hiddink ne doit-il pas tirer lui-même les conclusions de la situation actuelle?».

Il refuse d'évoquer une démission

Les Oranje s'étaient inclinés en République tchèque (2-1) en ouverture des qualifications, puis avaient longtemps souffert vendredi à Amsterdam contre le modeste Kazakhstan (127e au classement Fifa), avant de s'imposer 3-1.

Lundi, les Néerlandais n'ont rien pu faire face à l'Islande, qui continue de surprendre et n'a toujours pas encaissé le moindre but (contre huit marqués).

«Nous jouons sans ligne directrice, se plaint De Boer dans la presse néerlandaise. Ce ne sont que des ballons vers Robben et Van Persie et c'est à eux de se débrouiller. Mais Robin est seul sur son île aux avant-postes et personne ne lui vient en aide.»

L'entraîneur de l'Ajax, qui n'a «jamais compris la nomination d'Hiddink», se met en outre «à douter de la qualité de certains joueurs, notamment des défenseurs Stefaan de Vrij et Bruno Martins Indi, vraiment peu rassurants».

Hiddink refuse pour l'heure d'évoquer une éventuelle démission. Lundi soir, le sélectionneur rejetait la faute sur ses joueurs «dont certains doivent se poser la question de leur avenir en équipe nationale».

Robben: «Il faut arrêter de croire que nous sommes bons»

Les meneurs de jeu Wesley Sneijder et Ibrahim Affelay sont particulièrement visés, coupables selon Hiddink «d'avoir joué à un rythme trop lent et d'avoir manqué d'audace».

La troisième place du Mondial au Brésil semble déjà bien loin... Hiddink a lui-même tourné la page en reniant le 5-3-2 mis en place par son prédécesseur au profit d'un 4-3-3 plus conventionnel aux Pays-Bas.

«Oublions le Mondial. Arrêtons de parler de cette Coupe du monde et de ce 5-3-2», tonne Arjen Robben pour qui «le problème n'est pas tactique».

«Le problème c'est la mentalité, pointe l'ailier du Bayern. Il faut arrêter de croire que nous sommes bons, car, en réalité, nous ne sommes pas bons.»

«Pour l'Euro 2016, il n'est pas trop tard mais il y a de quoi être inquiet tout de même, d'autant qu'il nous reste notamment un difficile déplacement en Turquie», conclut Robben.