VIDEO. Ligue 1/Toulouse: Adrien Regattin, l’audace récompensée

FOOTBALL L’international marocain du TFC s’est chargé d’un coup franc qu’il n’aurait pas dû tirer. Il a marqué, et son équipe a battu Evian-Thonon-Gaillard…

Nicolas Stival

— 

Le milieu du TFC Adrien Regattin marque le seul but du match Toulouse - Evian-Thonon-Gaillard, le 30 août 2014 en L1.
Le milieu du TFC Adrien Regattin marque le seul but du match Toulouse - Evian-Thonon-Gaillard, le 30 août 2014 en L1. — P. Pavani / AFP

Pendant 77 minutes, en ce dernier samedi soir du mois d’août, les 10.206 spectateurs officiellement recensés au Stadium de Toulouse se sont demandé ce qu’ils étaient venus y faire. Et puis, un éclair de génie a zébré ce triste match entre Toulouse et Evian-Thonon-Gaillard.

 

D’un coup franc majestueux des 20 mètres, consécutif à une faute sur Wissam Ben Yedder, Adrien Regattin a offert un deuxième succès à domicile aux Violets (1-0). L’événement était plutôt inattendu: le milieu offensif international marocain (23 ans, une sélection) n’avait plus marqué en Ligue 1 depuis le 23 décembre 2012 via… un coup franc sublime contre Sochaux (2-0).

En outre, l’habituel spécialiste du genre dans l’équipe n’est autre que le buteur en série Ben Yedder. «Nous étions deux à vouloir le tirer avec Wissam, raconte Regattin. Je le remercie d’ailleurs de me l’avoir laissé alors qu’il avait mis un joli coup franc lors du match contre Lyon (2-1, le 16 août).»

Ben Yedder a failli l’imiter

La dernière fois que Ben Yedder s’était fait «piquer» un ballon par un coéquipier au moment de convertir une occasion, c’était lors d’un penalty, fin mars à Ajaccio (2-2). Alors capitaine du TFC, Jonathan Zebina avait tenté et… buté sur le gardien mexicain Guillermo Ochoa. L’affaire avait alourdi l’atmosphère de la fin de saison.

Même en cas d’échec de Regattin ce samedi, le risque d’embrouille était nul entre les deux jeunes hommes, très complices dans la vie. «On s’entend très bien, confirme le milieu offensif. D’ailleurs, quelques minutes après, il y a un coup franc identique à tirer, et je lui laisse.» Le tir à ras de terre de Ben Yedder ne trouvera pas la cible.

Alain Casanova a assisté aux deux scènes en spectateur. «C’est une histoire de ressenti des joueurs sur le terrain, dit l’entraîneur toulousain. Si Adrien l’a pris, c’est qu’il le sentait bien. De toute manière, nous avons deux très bons tireurs de coups francs directs.»

Trois même, si l’on en croit le héros du soir. «Avec Martin Braithwaite et Wissam, on travaille beaucoup cette phase à l’entraînement.» A l’inverse du Franco-Marocain, le Danois a connu une soirée plus compliquée. Après avoir raté deux grosses occasions, Braithwaite est sorti dès la 52e minute, blessé au genou. La gravité de sa lésion devrait être connue dimanche, à l’issue d’examens médicaux.