Fair-play financier: Pour Nasser al-Khelaïfi, les sanctions de l’UEFA «n'arrêteront pas le rêve» du PSG

R. B.

— 

Le président du PSG Nasser al-Khelaïfi en juillet 2013.
Le président du PSG Nasser al-Khelaïfi en juillet 2013. — WARTNER/20 MINUTES/SIPA

Le PSG ne se laisse pas abattre. Présent en zone mixte après le sacre de Paris mercredi malgré la défaite contre Rennes (1-2), le président Nasser al-Khelaïfi est revenu sur les sanctions que va probablement infliger l’UEFA au PSG dans le cadre du fair-play financier. «Ça ne change rien à notre projet, explique le dirigeant parisien. Je lis les journaux mais rien n’arrêtera notre rêve. Nous allons continuer.»

Selon L’Equipe, le PSG pourrait subir l’encadrement de sa masse salariale, la limitation du recrutement à un seul joueur jusqu’à 60 millions d’euros, l’obligation de vente avant d’acheter et la limitation du nombre d’inscrits en C1 de 25 à 21 joueurs.

L’officialisation des sanctions de l’UEFA est attendue dans les prochains jours.