Fabien Barthez pilote Luzenac vers la Ligue 2

Football Le président Jérôme Ducros évoque le rôle crucial que joue l’ancien gardien de l'équipe de France dans l’épopée du club ariégeois, qui représente un village de 650 habitants…

Nicolas Stival

— 

Fabien Barthez lors d'un match de charité à Hambourg (Allemagne), le 13 décembre 2011.
Fabien Barthez lors d'un match de charité à Hambourg (Allemagne), le 13 décembre 2011. — A. Heimken/Sipa

Club issu d’un village de 650 habitants, le LAP (Luzenac Ariège Pyrénées) pourrait bientôt découvrir la Ligue 2. Aux deux tiers du championnat de National, l’actuel dauphin du leader orléanais compte sept points d’avance sur la quatrième place. L’accession à la L2 est réservée au trio de tête.

Une rencontre dans un salon Ferrari

«L’objectif initial était de finir dans les neuf premiers, indique le président Jérôme Ducros. Mais on a tellement progressé et Fabien Barthez a su tellement bien mettre en place les choses que l’on joue la montée.» Le chef d’entreprise toulousain, spécialisé dans l’immobilier, insiste. Sans le gardien des champions du monde 1998, le LAP «n’en serait pas là».

Ducros a rencontré Barthez, reconverti dans la course automobile «dans un salon Ferrari». Non content de le sponsoriser, il a offert à l’Ariégeois, né il y a 42 ans à Lavelanet, la présidence d’honneur du club au printemps 2012. Devenu ensuite vice-président, Barthez occupe depuis décembre 2013 la fonction de directeur général.

Vers des prêts de joueurs du PSG?

«Fabien gère tout le volet sportif, comme le recrutement mais aussi la gestion de l’entraînement avec le staff technique, reprend Ducros. Il a aussi professionnalisé l’encadrement médical. Il a fait venir un kiné, un ostéopathe et un biologiste. Aujourd’hui, nous n’avons aucun blessé. C’est le même système qu’au PSG

La comparaison n’est pas anodine. Barthez a failli rejoindre Paris en décembre. «Cela se fera peut-être en fin de saison, juge le patron du LAP. Ce n’est pas incompatible avec ce que Fabien fait au club. En tout cas, son aura et ses amitiés dans le monde pro, en particulier avec Laurent Blanc, peuvent nous amener des prêts intéressants en L2.»

Luzenac a déjà obtenu cette saison le prêt de Senah Mango. Le jeune défenseur de Marseille (21 ans) a rallié un collectif encadré par des joueurs expérimentés, habitués aux niveaux supérieurs (Westberg, Dieuze, Outrebon), et où s’illustre le Camerounais Dona Ndoh, meilleur buteur de National (14 réalisations).

Le dossier épineux du stade

«70 % de l’équipe a le niveau Ligue 2, juge Ducros. Mais si on monte, on aura vraiment du travail. Avec Fabien Barthez, on a soulevé cette équipe. A présent, il y a toutes les fondations à bâtir au-dessous.» L’actuel budget de 2,5 millions d’euros devrait gonfler à 5 millions, dont 3 millions de droits télé. Désormais, il reste à trouver un stade aux normes de la L2.

Le LAP, qui s’entraîne près de Toulouse où habitent ses joueurs, évolue actuellement à Foix. «Il faut au moins 12.000 places assises, or nous n’en avons actuellement que 1.800, observe Ducros. Et l’éclairage est insuffisant pour les télés.» Dans ce dossier, le LAP négocie avec les collectivités car Barthez, qui prépare les 24 heures du Mans, n’est ni maçon, ni électricien…