Ligue 1/Lyon: Remi Garde en a marre que ses joueurs viennent «consommer du temps de jeu»

Propos recueillis à Lyon par Stéphane Marteau

— 

L'entraîneur de Lyon, Rémi Garde, le 6 octobre 2013
L'entraîneur de Lyon, Rémi Garde, le 6 octobre 2013 — Pascal Fayolle/SIPA

Mis « en danger » après la cuisante défaite concédée par l’OL, dimanche, à Montpellier (5-1), Rémi Garde est apparu plus combatif que jamais, ce mercredi, au cours d’une conférence de presse durant laquelle il n’a esquivé aucune question.

Quel est votre état d’esprit au regard de la situation actuelle?

Evidemment que la dernière fois où je suis apparu devant vous, j’étais sans doute abattu. Quand je prends une raclée, je n’ai pas envie de monter dans le bus pour regarder un film ou écouter de la musique. J’ai juste envie de me cacher et de travailler. Mais l’abattement a laissé place à une très grande motivation. Je ne suis ni abattu, ni fatigué, ni résigné. C’est plutôt l’inverse qui m’habite et je pense que les joueurs sont finalement dans le même état. Ceux en tout cas qui réfléchissent à ce qui se passe.

Vos joueurs sont-ils armés psychologiquement pour faire face à cette situation sachant que peu d’entre eux sont habitués à être 14e du championnat?

Je fais tout pour qu’ils le soient, pour les aider. Certains ont déjà connu ces situations dans d’autres clubs. Ceux qui sont nés ici n’ont jamais connu ça effectivement. Il faut les aider, leur faire prendre conscience. Mais au fond de soit, on a toujours plus de force, d’énergie et de courage que ce qu’au premier abord on veut bien ressentir.

Avez-vous revu les objectifs à la baisse?

Pour le moment, essayons de repasser dans la première partie de tableau puis de se rapprocher du haut du classement. Allons-y étape par étape. Parler d’autre chose que d’essayer de gagner un match, ce qui ne nous est pas arrivé depuis longtemps, serait presque indécent.

Est-ce que le classement vous inquiète d’autant plus que vous n’avez pas encore affronté les cadors du championnat?

Est-ce que dans un passé récent ou ancien nous n’avons pas été plus performants contre des grosses écuries, avec une mobilisation différente des joueurs ? Je ne dis pas que je préfère jouer contre des plus grosses équipes, mais le retour de joueurs expérimentés nous fera du bien. Ce seront des matchs difficiles, mais je n’ai pas l’intention de baisser les bras et je ne sens pas le groupe avoir envie de baisser les bras.

Compte tenu du nombre de blessés en défense, étudiez-vous la possibilité de prendre un joker?

Non, cela n’a pas été évoqué en interne. Malheureusement, il va falloir faire avec la double suspension d’Henri (Bedimo) et de Max (Gonalons)  pour le prochain match (contre Bordeaux). Mais Milan (Bisevac) va revenir. Même si on a tous, chacun à son niveau, des choses à corriger, à améliorer, tout n’est pas non plus à jeter et à remettre en cause. On va faire avec ce que l’on a.

Etes-vous plus indulgent avec des joueurs qui n’évoluent pas à leur poste?

Oui et je le suis d’autant plus dans le cas de Gueïda Fofana parce qu’il joue en serrant les dents par rapport à un problème physique (entorse de la cheville). Il a fait de très bons matchs en défense centrale en début de saison lorsque je n’avais pas le choix.

Pourquoi ne pas avoir utilisé Mehdi Zeffane et Naby Sarr à Montpellier?

J’ai titularisé Mehdi Zeffane contre Lille, je l’ai fait entrer une heure contre Guimaraes et j’ai estimé que ses prestations ne me donnaient pas suffisamment de garantie pour le faire débuter à Montpellier. C’est un choix qui peut se discuter et qui est certainement discutable. Mais les matchs sont quand même des repères importants. Quant à Naby Sarr il n’a jamais joué et j’essaie de me référer à ce que je vois à l’entraînement et en CFA. Je n’ai rien contre lui. Il a une excellente mentalité et va certainement continuer à progresser. Mais j’avais plus de garantie dans mon esprit avec Gueïda Fofana qu’avec lui.

Les jeunes ont-ils vraiment du mal à écouter?

Il n’y a pas que les jeunes qui ont du mal à écouter. La manière dont on a subi les vingt premières minutes à Montpellier est inexcusable de la part de l’équipe que j’avais mise en garde sur ce qui nous attendait par rapport au plan de jeu de Montpellier. On n’a pas donné les bonnes réponses car il y a eu un manque d’écoute et d’application de ce qui a été dit. Cela ne concerne donc pas uniquement les jeunes. Après, c’est vrai que les plus jeunes manquent d’expérience, mais pas que sur le terrain. Ils manquent d’expérience par rapport à l’approche qu’on doit avoir dans ce métier. Il faut qu’ils quittent cet habit de consommateur. Ils ne doivent pas venir pour consommer du temps de jeu, mais pour s’impliquer, pour progresser. Il faut leur rappeler sans arrêt. Pris individuellement, ils ont beaucoup de bonne volonté. Le fait qu’ils soient très nombreux ne leur rend pas service et ne rend pas service au groupe. Je m’attache à leur faire prendre conscience de ça et qu’ils s’attachent à prendre des responsabilités malgré leur jeune âge.