Tour de France 2013: La journée calvaire de Jean-Christophe Péraud

Romain Baheux

— 

Capture d'écran de la chute de Jean-Christophe Péraud, le 17 juillet 2013
Capture d'écran de la chute de Jean-Christophe Péraud, le 17 juillet 2013 — Capture d'écran 20minutes

De notre envoyé spécial à Chorges (Hautes-Alpes)

Le long des barrières, il ne peut retenir des larmes de douleur. Pour la deuxième fois de la journée, Jean-Christophe Péraud vient de taper le bitume sur le parcours du contre-la-montre entre Embrun et Chorges. Cette-fois, l’épaule droite du Français abdique. Fracture de la clavicule, le coureur d’AG2R La Mondiale doit quitter le Tour de France à quelques kilomètres de l’arrivée. Neuvième du général avant le départ, le leader de la formation française a tout fait pour pouvoir s’élancer sur le chrono. Quitte à exposer une épaule déjà bien amochée par une chute dans la première descente du tracé lors de la reconnaissance matinale.
 
Le meilleur Français est maintenant vingtième
 
«Ca m’apprendra à vouloir insister sur des blessures graves, soupire Péraud en sortant du camion médical le bras en écharpe. Je pense que je ne referai pas l’erreur.» A quelques encablures de la ligne à Chorges, Péraud a voulu tenter une relance dans l’un des derniers virages du parcours, obnubilé par la volonté de ne pas perdre trop de temps sur ses rivaux. «C’est une prise de risque, estime son directeur sportif Julien Jurdie. Ca fait partie du métier quand vous voulez réaliser le meilleur temps possible dans un contre-la-montre.»
 
Avec l’abandon de Péraud, c’est tout espoir de voir un tricolore figurer dans le Top 10 sur les Champs-Elysées qui s’éloigne. Pour sa première Grande Boucle, son jeune équipier Romain Bardet va tenter de sauver sa place dans les vingt premiers lors des trois dernières étapes alpines. Sans victoire d’étape pour l’instant, le cyclisme français traverse très difficilement ce Tour.