Ligue1: Laurent Blanc a-t-il l'étoffe pour entraîner le PSG?

FOOTBALL L’ancien sélectionneur de l’équipe de France a un joli palmarès, mais surtout en tant que joueur...

B.V, R.S.

— 

Laurent Blanc, le sélectionneur de l'équipe de France, le 1er juin 2012, à Reims.
Laurent Blanc, le sélectionneur de l'équipe de France, le 1er juin 2012, à Reims. — AFP PHOTO / FRANCOIS NASCIMBENI

Après José Mourinho, Michael Laudrup, Fabio Capello, Guus Hiddink, Franck Rijkaard, André-Villas Boas, Rafael Benitez ou encore Fabio Capello, la rumeur Laurent Blanc est donc la bonne. L’ancien coach de Bordeaux et de l’équipe de France va prendre en main le PSG la saison prochaine. Mais a-t-il ce qu’il faut pour faire du PSG un grand d’Europe?

Un palmarès gigantesque en tant que joueur, correct en tant qu’entraîneur

Laurent Blanc a (presque) tout gagné, mais surtout en tant que joueur. Champion du monde et d’Europe avec la France sur le terrain, le «Président» n’a pas réussi à en faire autant sur le banc, en emmenant les Bleus en quart de finale du dernier Euro. Malgré une belle série d’invincibilité, son éphémère passage comme sélectionneur de l’équipe de France pourrait être noté «bien mais pas top» à cause des deux dernières défaites, face à la Suède et l’Espagne. C’est un peu la même histoire avec Bordeaux. Champion de France dès sa deuxième année à la tête des Girondins en 2009, il a laissé le club dans un piètre état à la fin de la saison suivante.

Une image séduisante mais pas ultra-attractive

Laurent Blanc jouit d’une bonne image en tant qu’homme et ancien joueur.  Star partout où il est passé, en Italie (Inter Milan), en Espagne (Barcelone), en Angleterre (Manchester United), l’ancien défenseur central est un des noms les plus connus et respectés dans le football du début du 20ème siècle. Sa nationalité française est aussi un atout pour l’investisseur qatari, à qui l’on ne pourra reprocher de n’installer que des étrangers au PSG. Néanmoins, Blanc n’a pas l’aura en tant que coach ni le carnet d’adresse d’un Carlo Ancelotti. Rien que sur son nom, le coach italien avait fait venir Thiago Motta, Alex, Thiago Silva et Ibrahimovic à Paris. Pas sûr que celui de Laurent Blanc soit l’argument premier dans des négociations avec Wayne Rooney ou Cristiano Ronaldo.

Pas encore un expert en gestion des ressources humaines

«Laurent Blanc a failli au niveau de la gestion des hommes.» L’analyse d’Emmanuel Petit après le dernier Euro pointe l’une des principales interrogations qui accompagnent l’arrivée de Blanc à Paris. Parviendra-t-il à gérer un vestiaire bien mieux peuplé que celui des Bleus l’été dernier? Celui du PSG n’est peut-être pas facile à apprivoiser. Mais il est sûrement plus aisé d’entraîner des stars internationales que des internationaux français à l’égo démesuré. Avec Matuidi, Sakho, Jallet, Gameiro ou Ménez (malgré ses problèmes de comportements) Blanc a aussi l’avantage de bien connaître une partie de l’effectif actuel pour les avoir coaché en bleu.