Yann M'vila remet le Bleuet de chauffe

FOOTBALL Le milieu rennais revient en force, alors qu'il réintègre l'équipe de France Espoirs...

A Sochaux, Floreal Hernandez

— 

Le milieu de terrain rennais Yann M'Vila (en blanc) face au Sochalien Kalilou Traoré, le 6 octobre 2012 à Sochaux.
Le milieu de terrain rennais Yann M'Vila (en blanc) face au Sochalien Kalilou Traoré, le 6 octobre 2012 à Sochaux. — S.Bozon/AFP

Yann M’vila a changé de statut à Sochaux, samedi soir. Lors de la victoire rennaise dans le Doubs (0-1), le milieu de terrain a retrouvé une place de titulaire dans le onze breton après deux matchs sur le banc. Non appelé chez les Bleus par Didier Deschamps, cette semaine, Yann M’vila se réjouit de relever le challenge de l’équipe de France Espoirs…

Des passes bien dosées et qui arrivent à leurs destinataires, des ballons récupérés dans les pieds des Sochaliens, une frappe captée en deux temps par Simon Pouplin, Yann M’vila a fait un retour très correct sur les terrains de Ligue 1, samedi, après deux rencontres débutées sur le banc face à Toulouse (2-2) et Lille (2-0). Une performance qui a plu à Frédéric Antonetti, son entraîneur. «Yann M’vila travaille bien à l’entraînement donc il était normal que je lui donne sa chance, se justifie le technicien corse. Quoiqu’on en dise, il reste Yann M’vila. Il a fait un match sérieux, sobre. Sa qualité a toujours été présente. Je pense que ce genre de production va lui faire du bien. Il va retrouver son niveau.»

Le milieu de terrain avoue d’ailleurs sa satisfaction d’avoir joué et démarré le match. «Ça fait du bien. En plus, ça faisait longtemps. J’ai joué à un poste où j’ai pu m’exprimer un peu plus offensivement.» Dans un milieu à trois récupérateurs, Yann M’vila a évolué aux côtés de Vincent Pajot devant Jean II Makoun. De fait, s’il a été à la récupération, il a également été aux avants postes, sur le côté ou a organisé le jeu rennais. L’international reconnaît une petite baisse de régime en toute fin de match. Mais rien qui n’altère sa confiance.

«Il va revenir encore plus fort qu'avant»

Une confiance que ses partenaires lui ont toujours maintenue même quand ses problèmes extra-sportifs avaient pris le pas sur ses performances. «Il ne faut pas en faire toute une histoire car il a eu un petit passage moins bien et qu’il a été deux fois de suite remplaçant, estime l’attaquant rennais Julien Féret. Nous, ses coéquipiers, on essaye d’être avec lui car il en a peut-être plus besoin en ce moment. Il va revenir encore plus fort qu’avant.»

Ce n’est pas l’équipe de France qui bénéficiera de ce regain de forme. Cette semaine, Didier Deschamps ne l’a pas convoqué pour le match amical contre le Japon (12 octobre) ni le déplacement en Espagne (16 octobre) pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2014. Le milieu annoncé cet été à Tottenham a été convoqué en Espoirs pour la confrontation aller-retour face à la Norvège en barrages pour le championnat d’Europe Espoirs 2013 (12 octobre au Havre, 16 octobre en Norvège). Yann M’vila se rend à cette convocation sans traîner les pieds comme Thierry Henry avant lui, champion du monde 1998 et appelé chez les Bleuets en décembre 1999. «Si je voulais, je pouvais dire non, indique-t-il. J’ai eu une discussion avec le coach [Erick] Mombaerts. C’est quelqu’un que j’apprécie énormément. Je me devais d’aller là-bas car j’ai cette fierté de porter ce maillot bleu. Même si ce n’est pas celui des A, c’est le maillot de l’équipe de France. Il y a un challenge énorme de gagner contre la Norvège. C’est plutôt flatteur.»

Pas une dégradation

Frédéric Antonetti voit d’un bon œil le retour en sélection de son milieu de terrain même s’il ne s’agit que des Bleuets. «Si un joueur est en difficulté en club et qu’il a la possibilité de jouer en sélection, c’est une bonne chose. Particulièrement, s’il dispute les deux matchs.» Ce séjour chez les Espoirs n’est pas une dégradation pour Yann M’vila. «Ça veut dire que pendant deux ans j’ai évolué en équipe de France A alors que j’étais encore Espoirs. Cette sélection ne peut être que bénéfique pour moi.»