20 Minutes : Actualités et infos en direct
Sexe virtuelTrois Français lancent une application sécurisée dédiée au sexting

CES 2023 : Trois Français lancent une application sécurisée dédiée au sexting

Sexe virtuel
Blyynd, la première application mobile dédiée au sexting, développée par trois jeunes Strasbourgeois, est présentée au CES de Las Vegas jusqu’à dimanche
Illustration du chargement de l'application Blyynd
Illustration du chargement de l'application Blyynd - G. Varela / 20 Minutes / 20 Minutes
Gilles Varela

Gilles Varela

L'essentiel

  • Le CES La Vegas 2023 se tient jusqu’à dimanche. Ce salon est l’événement mondial le plus connu dans le secteur des nouvelles technologies, l’occasion pour les entreprises et start-up de présenter leurs innovations.
  • La start-up Blyynd présente son application qui permet de vivre, selon ses trois jeunes créateurs, « une expérience sexuelle virtuelle et interactive de manière totalement sécurisée ».
  • « L’idée, c’est d’être un vrai substitut à la pornographie, éthique et inclusif, qui permet d’avoir un échange sécurisé aussi rapidement que d’aller voir une vidéo », expliquent les jeunes entrepreneurs.

Utiliser une application spécialement dédiée au sexe sans avoir la trouille de retrouver ses pratiques et préférences étalées sur le Web. Entrer en contact avec des personnes qui partagent les mêmes intérêts que soi sans se poser trop de questions de confidentialités. C’est ce que propose l’application Blyynd, sélectionnée et présentée au CES Las Vegas 2023. Une appli développée depuis avril 2022 par Tanguy Fallard, Cyrille Heimburger et Guillaume Colas, deux jeunes Strasbourgeois et un Lyonnais, diplômés en ingénierie informatique, aux arts et métiers, en entreprenariat, ou bien encore en transformation digitale dans une école de commerce. Blyynd est une nouvelle application mobile clairement sexuelle dédiée au sexting. Comprendre des conversations, des envois de textes et de photos explicites.

Elle permet à ses utilisateurs, selon les jeunes entrepreneurs, « de vivre une expérience sexuelle virtuelle et interactive de manière totalement sécurisée ». L’esprit est de « privilégier la connexion émotionnelle et les conversations stimulantes, tout en veillant à la compatibilité sexuelle, assure Blyynd ». Une application mobile qui offrirait « une expérience positive et saine pour le bien-être sexuel, validée par des sexologues, poursuit Tanguy Fallard. L’idée, c’est d’être un vrai substitut à la pornographie, éthique et inclusif, qui permet d’avoir un échange aussi rapidement que d’aller voir une vidéo ».



Une idée développée pendant le premier confinement, alors que « le sexting prenait de l’ampleur, rappelle Tanguy Fallard. Après avoir constaté que les solutions existantes étaient principalement tournées sur des rencontres physiques, parfois floues dans leurs réelles intentions, le trio s’est alors lancé dans l’aventure et créé leur propre application. « Nous proposons une interaction complètement virtuelle, sécurisée dans laquelle on pourra, à terme, connecter les sex-toys et permettre d’avoir une expérience physique couplée à une expérience virtuelle. Pour l’instant on peut converser avec la bonne personne, envoyer des photos, des vidéos et bientôt la possibilité d’avoir des appels vidéos et audio en live. »

Cryptage et intelligence artificielle

Au centre du projet, la sécurité et le consentement. « Tout est complètement crypté. Nous n’avons pas de copie des conversations dans les serveurs, elles sont stockées entre votre téléphone et la personne avec qui vous discutez. Si l’un des deux perd son téléphone, et bien vous perdez la conversation, assure Tanguy Fallard. Des solutions pour plus de confidentialité mais aussi pour modérer les conversations à l’aide d’une intelligence artificielle, capable de modérer les contenus. Objectif, éviter, bloquer toute vidéo pédopornographique, racistes, antisémite et même la possibilité de bloquer les dickpics. » De l’IA pour modérer les requêtes qui sortent du cadre de l’application, illustre le jeune entrepreneur « comme essayer de vendre des photos, des choses qui sortent de l’ordinaire ».

L’application offre aussi la possibilité pour la communauté de signaler tout type d’utilisation différente pour laquelle elle a été conçue. Impossibilité de pouvoir faire de capture d’écran, vérification des profils par selfie, possibilité de vérifier l’âge des utilisateurs… permettent aussi de sécuriser les données et d’éviter tout « revenge porn » à la différence de ce qui peut se faire « sur des applications de rencontres qui ne sont pas dédiées, faites et pensées pour ça, précise Tanguy Fallard. Côté sécurité, on est au maximum de ce que l’on peut faire. »



Notre dossier Ces las vegas

Concrètement, avant d’atteindre le septième ciel, il faut d’abord créer son profil, (anonyme). Reste à sélectionner ses préférences sexuelles pour découvrir un flux de profils. Les utilisateurs peuvent ensuite entrer en contact lorsqu’il y a un intérêt mutuel, laissant place « à un échange érotique, totalement sécurisé », insiste Tanguy Fallard. Plus de 600 personnes pour l’instant utilisent et testent gratuitement cette application. Blyynd espère se lancer sur le marché français et à l’international (notamment aux États-Unis) cette année. Le concept, officiellement présenté au CES 2023, vise aussi une levée de fonds d’ici juillet 2023. Outre la connexion aux sex-toys, ils espèrent bientôt, pouvoir interagir… dans le métavers.

Sujets liés