Pixel 6 Pro: Pourquoi le smartphone haut de gamme de Google réalise un quasi sans faute

SMARTPHONE Surprenant à bien des égards, le Pixels 6 Pro que lance Google est sans doute le smartphone le plus enthousiasmant de l’année

Christophe Séfrin
— 
On a testé les Google Pixel 6 et 6 Pro — 20 Minutes
  • Lancé à 899 euros, le Pixel 6 Pro de Google fait figure d’ovni dans le monde de la téléphonie.
  • Vendu 360 euros de moins que son concurrent direct, l’iPhone 13 Pro d'Apple, le terminal au design clivant cultive aussi sa singularité en photo, où il frise la perfection.
  • Quelques faiblesses en autonomie et une mémoire étriquée entament, mais à peine, l’excellente impression qu’il dégage.

« OK Google, qu’est-ce que ton Pixel 6 Pro a dans le ventre » ? Attendu en France depuis sa présentation aux Etats-Unis durant l’été, le nouveau smartphone 5G haut de gamme de la firme de Mountain View est désormais en vente dans l’Hexagone à 899 euros.  Google, qui nous a habitués depuis 2016 à toujours proposer des smartphones capables du meilleur, réussit-il une fois de plus à nous surprendre ?

Le Pixel 6 Pro de Google, vendu 899 euros.
Le Pixel 6 Pro de Google, vendu 899 euros. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Gare au design clivant !

Le design du Pixel 6 Pro est incontestablement novateur et atypique. Avec son épaisse barre arrière qui abrite ses capteurs photo*, le smartphone interpelle. Clivant, et loin de faire l’unanimité auprès de ceux auxquels nous l’avons présenté, l’aspect du Pixel 6 Pro affirme en tous les cas la singularité du terminal. Une fois dans une coque de protection, il n’y paraît presque plus.

L'imposant bloc photo arrière du Google Pixel 6 Pro de Google.
L'imposant bloc photo arrière du Google Pixel 6 Pro de Google. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Après plusieurs jours en main, ce n’est d’ailleurs plus quelque chose qui peut déranger. Nous, on aime bien ! Attention : sans coque, le smartphone protégé sur ses deux faces par du verre Gorilla Glass Victus est lisse, glissant aussi, et légèrement salissant sur sa partie arrière. Mais au moins, à la norme IP68, le Pixel 6 Pro est étanche.

Un écran somptueux

Ces présentations étant faites, comment se distingue techniquement le nouveau joujou de Google ? A l’avant, son écran aux bordures incurvées laisse filer l’image à bords perdus sur ses flancs gauche et droit. Les visionnages de vidéos sont ainsi extrêmement plaisants, d’autant que la définition QHD de l’écran associée à sa dalle OLED livre un rendu d’une qualité rarement vue, avec une très belle luminosité. Petit plus : une qualité audio stéréo qui donnerait presque envie de se passer d’un casque !

La photo ? C’est évidemment sur ce point que l’on attendait notamment Google, le constructeur ayant su par le passé toujours témoigner d’une certaine forme excellence en la matière. Cette fois encore, le bon élève de la classe ne déçoit pas.

Les trois capteurs photo, dont un zoom périscopique et optique x4 du Pixel 6 Pro de Google.
Les trois capteurs photo, dont un zoom périscopique et optique x4 du Pixel 6 Pro de Google. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Une qualité photo incomparable

Nommée Tensor, la première puce « maison » qui anime le terminal joue à plein la carte de l’intelligence artificielle et du machine learning pour optimiser les prises de vues. Toutes sont excellentes, fourmillant de détails. Quitte, parfois, à ce que les photos manquent un peu de naturel : tous les éléments qui la composent sont visibles, même des objets ou sujets à contre-jour qui, en temps normal, seraient très sombres. Par contre, la macro n’est définitivement pas son truc.

On reste cependant scotchés par les performances du zoom optique x4, mais aussi numérique x20 qui, comme le montrent les photos ci-dessous, réussissent à livrer des images qui ne sont pas trop lissées à fort grossissement.

De l'ultra grand-angle au zoom optique/hybride jusqu'à x20, le Pixel 6 Pro surpasse ses concurrents.
De l'ultra grand-angle au zoom optique/hybride jusqu'à x20, le Pixel 6 Pro surpasse ses concurrents. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES
Le zoom x20 du Pixel 6 Pro en action.
Le zoom x20 du Pixel 6 Pro en action. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Plus encore, à la nuit tombée, le Pixel 6 Pro effectue une gestion des lumières remarquable, certes parfois au prix d’une granulosité légèrement accrue, mais les résultats ne semblent pas avoir d’équivalent sur le marché.

Toujours en photo, le nouvel outil Gomme magique, qui pourrait être anecdotique, est un véritable atout. Cette fonction permet de supprimer en un éclair des éléments gênants d’une image, comme un personnage en arrière-plan qu’on ne voudrait pas conserver.

Grâce à la Gomme magique, il est possible de supprimer des éléments d'une photos.
Grâce à la Gomme magique, il est possible de supprimer des éléments d'une photos. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES
Le personnage gênant en arrière plan est détecté.
Le personnage gênant en arrière plan est détecté. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES
L'opération peut s'effectuer automatiquement ou manuellement.
L'opération peut s'effectuer automatiquement ou manuellement. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Le Pixel 6 Pro peut ainsi automatiquement suggérer les éléments à supprimer, mais il vous est également possible de lui montrer lesquels sont à effacer en les entourant. La photo sera ensuite recomposée. Ces modifications sont ensuite à peine discernables, sinon en zoomant fortement dans l’image.

Des fonctions bluffantes

Fonctionnant sous Android 12, le Google Pixel 6 Pro propose quelques fonctions étonnantes. D’abord, la transcription simultanée de la voix en texte dans la langue de votre choix. Celle-ci s’effectue à l’aide de l’enregistreur. Il n’y a qu’à lancer l’enregistrement d’une conversation, appuyer sur le bouton Transcription pour que la voix se transforme en texte… et sans trop de fautes ! Pratique pour retranscrire des cours ou une interview !

La transcription simultanée de la voix en texte sur le Pixel 6 Pro de Google.
La transcription simultanée de la voix en texte sur le Pixel 6 Pro de Google. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Pareillement, il est possible de traduire des phrases d’une langue vers une autre langue. Cette fois, le smartphone prononce lui-même vos propos dans la langue de votre choix. On imagine le potentiel d’une telle fonction lorsque l’on est à l’étranger.

Enfin, le Google 6 Pro peut afficher sur n’importe quelle vidéo des sous-titres en simultané. Vous regardez un manga en japonais sur YouTube ? Appuyez sur le petit bouton « CC » en haut de l’écran, à droite, et des sous-titres en français apparaîtront. Pour le Pixel 6 Pro, de quoi cultiver une vraie identité. Pour l’utilisateur, de quoi disposer d’un smartphone pas tout à fait comme les autres…

L’autonomie : sa seule faiblesse

Malgré sa batterie de 5.000 mAh et son écran adaptatif, le Pixel 6 Pro ne se distingue pas par une endurance folle. Il suffit d’une journée d’usage un peu intensive, avec visionnage de vidéos, écoute de musique, jeu et surf sur Internet… la batterie du smartphone a nécessité une recharge au bout de 12 heures environ. Et cette recharge est longue : deux heures. Autre bémol : le terminal, qui est compatible avec la charge filaire 30W (23 W en sans-fil), est fourni sans bloc de recharge. Il faudra donc repasser en caisse.

Le Pixel 6 Pro n’en demeure pas moins, sans doute, le smartphone le plus enthousiasmant de cette fin d’année. Sinon quelques faiblesses sur le terrain de l’autonomie (et une mémoire de 128 Go non extensible), le petit dernier de Google réalise un quasi sans-faute.

Les photos de nuit, l'une des forces du Google 6 Pro.
Les photos de nuit, l'une des forces du Google 6 Pro. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Il déroute, il étonne et offre une expérience renouvelée dans l’univers de la téléphonie qui trop souvent tourne un peu en rond. A 899 euros, il est aussi 360 euros moins cher que l’iPhone 13 Pro d’Apple à taille d’écran et mémoire égales. L’iPhone 13 Pro qui possède désormais un sérieux concurrent…

*A l’arrière : 50 mégapixels grand-angle (f/1.85) ; 12 mégapixels ultragrand-angle (f/2.2), 48 mégapixels avec zoom x4 optique (f/3.5). A l’avant : 11,1 mégapixels (f/2.2).

**3120 x 1440 pixels, avec taux de rafraîchissement adaptatif jusqu’à 120 Hz.