20 Minutes : Actualités et infos en direct
VIOLENCES SEXUELLESViols, agressions… Les témoignages affluent avec le hashtag #MeTooThéâtre

#MeTooThéâtre : Viols, agressions sexuelles… Des milliers de témoignages affluent sur les réseaux sociaux

VIOLENCES SEXUELLESL’initiative a été lancée jeudi soir par Marie Coquille-Chambel, YouTubeuse et critique de théâtre qui raconte avoir été violée par un comédien de la Comédie-Française
Depuis quelques jours, de nombreux témoignages affluent sur Twitter sous le hashtag #MeTooThéâtre.
Depuis quelques jours, de nombreux témoignages affluent sur Twitter sous le hashtag #MeTooThéâtre. - pixabay
Hakima Bounemoura

H. B.

La parole se libère dans le monde du théâtre. Depuis quelques jours, de nombreux témoignages affluent sous le hashtag #MeTooThéâtre. Viols, agressions sexuelles, harcèlement, violences sexistes… Des milliers de témoignages ont ainsi été postés en quelques heures sur le réseau social Twitter.

L’initiative a été lancée jeudi par Marie Coquille-Chambel, YouTubeuse et critique de théâtre. « J’ai été violée par un comédien de la Comédie-Française pendant le premier confinement, pendant que je faisais un malaise. Il est toujours membre de la Comédie-Française, même si la direction est au courant d’une plainte déposée », raconte ainsi la jeune femme sur Twitter, incitant toutes les victimes d’agressions sexuelles dans le milieu du théâtre à témoigner. « J’invite toutes les personnes harcelées sexuellement, agressées ou violées dans le milieu théâtral à témoigner avec le hashtag #MeToothéâtre », a-t-elle ajouté dans un deuxième tweet, amplement partagé.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Son comportement a changé le jour de mes 18 ans »

Posté jeudi soir, le tweet de Marie Coquille-Chambel a été le point de départ d’une vague de soutien, et de témoignages. « Pendant le Festival d’Avignon, un producteur de théâtre qui m’embrasse de force pendant de longues secondes alors que j’essaie de le repousser. Il s’est excusé quelques minutes plus tard : "désolé, je croyais que tu étais comédienne" », raconte ainsi la journaliste Rauma Nolhent. Un comédien se souvient lui d’une régisseuse qui a été agressée sexuellement par un professeur du cours Florent « pendant un spectacle », précisant que l’enseignant n’a pas été licencié et qu’il travaille désormais à Avignon.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« C’était mon prof de théâtre, il me connaissait depuis mes 14 ans, lui, il en avait 42. Son comportement a changé le jour de mes 18 ans. J’en suis sûre, parce qu’il voulait être protégé par la loi », raconte également une autre jeune femme sur Twitter.

a

Le milieu du théâtre français déjà secoué par plusieurs scandales

Le hashtag #MeTooThéâtre a abondamment été relayé, notamment par le collectif NousToutes, par l’actrice Nadège Beausson-Diagne, présidente du collectif Même pas peur, qui lutte contre les violences sexuelles, ou encore par l’élue écologiste Alice Coffin. « Immense soutien et admiration à toutes les personnes qui témoignent pour #MeTooTheatre », a posté la militante féministe, précisant qu’elle interviendrait « en Conseil de Paris la semaine prochaine à ce sujet ».

Depuis le déclenchement du mouvement #MeToo en 2017, plusieurs scandales ont secoué le milieu du théâtre français. Eclaboussé par une affaire de viol présumé, le metteur en scène Jean-Pierre Bar avait quitté la direction du Théâtre des Quartiers d’Ivry (Val-de-Marne), sous la pression publique et d’une grève du personnel de l’établissement appelant à sa démission. Au printemps, des dizaines de personnes avaient également manifesté devant les locaux du Cours Florent à Paris pour dénoncer le « silence » de la prestigieuse école privée de théâtre face à des abus présumés de certains de ses professeurs, affirmations contestées par l’institution.

Sujets liés