Airbus aimerait remplacer les magazines papier à bord de ses avions par des écrans numériques

LECTURE Selon le constructeur, l’utilisation d’un écran OLED présente des avantages sur les plans environnemental, économique et sanitaire

20 minutes avec agence
Image d'un Airbus A330-200
Image d'un Airbus A330-200 — Yuri Smityuk

Airbus souhaiterait faire disparaître les magazines papiers de ses avions. Pour cela, le constructeur européen proposerait aux compagnies de miser sur un magazine numérique. Il s’agirait d’un écran OLED flexible mis à disposition des passagers, d’après une information de Gizmodo relayée par Capital, samedi.

Cette technologie présenterait plusieurs avantages. D’abord, il n’y aurait plus à imprimer des tonnes de magazines papiers. Dans une même démarche environnementale, elle permettra d’éviter d’en jeter une importante quantité. En outre, pour de nombreuses compagnies aériennes, l’impression des magazines coûte cher, tout comme le remplacement des exemplaires abîmés.

Regarder des films et commander à manger

Ces magazines numériques pourront également être facilement mis à jour et seront faciles à nettoyer. Certaines compagnies ont déjà abandonné les magazines papiers durant le vol. Elles proposent à la place des systèmes à écran tactile disposés sur les sièges, la location de tablettes ou encore le téléchargement d’application. Mais tous ces services alternatifs demandent l’intervention du personnel de bord, qui a donc moins de temps pour d’autres tâches.

Pour développer son projet d’écrans flexibles disposés dans ses avions, Airbus s’est associé à Royole Technology. Ainsi, le magazine numérique ne serait pas seulement utilisé pour la lecture. Il pourrait également permettre de regarder des films, des séries ou émissions, d’écouter de la musique, de naviguer sur Internet mais aussi de commander de la nourriture, en intégrant une possibilité de payer pour les utilisateurs.

En outre, l’écran OLED dispose d’un autre avantage sur l’écran LCD. Celui-ci est plus léger, moins gourmand en énergie et sa flexibilité rend son utilisation plus agréable. Airbus compterait faire des tests de ce nouveau dispositif très vite, mais ce sera finalement aux compagnies de décider si elles en veulent ou non. Dans le cas d’une réponse positive, il faudra alors adapter tous les avions. Une opération qui devrait être coûteuse.