Apple donne 14 jours aux leakers pour dénoncer leurs sources, sinon ils seront signalés à la police

ATTENTION Le scandale des iPhone volés aurait débuté dès 2018

20 minutes avec agence
— 
L’objectif d'Apple est de mettre fin à ces vols tout en conservant son image de marque (illustration).
L’objectif d'Apple est de mettre fin à ces vols tout en conservant son image de marque (illustration). — DR

Apple prend enfin les devants afin de démasquer les « leakers » (à l’origine des fuites) qui se trouvent parmi ses employés. Depuis plusieurs années, l’entreprise américaine fait face à la revente ou à la diffusion des prototypes de certains de ses iPhone. Ainsi, la firme à la pomme vient d’envoyer une lettre de mise en demeure à un citoyen chinois, rapporte Journal du Geek, ce mercredi.

L’information a été révélée par Motherboard qui s’est procuré une copie du courrier. Dans celui-ci, Apple somme le citoyen chinois de révéler ses sources sous 14 jours. Cet homme serait à l’origine de publicité pour des iPhone volés sur les réseaux sociaux. Il connaîtrait donc au moins une personne qui dérobe des prototypes dans les locaux d’Apple pour les revendre à des collectionneurs ou des hackers.

Plusieurs revendeurs auraient reçu le courrier

Si le destinataire de la lettre ne se soumet pas à la demande d’Apple, l’entreprise américaine menace de le signaler à la police. Ces vols d’iPhone auraient débuté en 2018. À cette période, plusieurs prototypes avaient été mis en vente sur les réseaux sociaux de manière illégale. Toutefois, Apple n’avait pas fait de commentaires et n’avait pas communiqué sur les moyens mis en place pour mettre fin à ce trafic.

Finalement, après des années de silence, la firme internationale semble avoir décidé d’agir. L’objectif d’Apple est de mettre fin à ces vols, qui représentent un vrai préjudice, tout en conservant son image de marque. En outre, plusieurs revendeurs sur Internet auraient reçu cette même lettre, les sommant également de dénoncer leurs sources dans les deux semaines suivant la réception de la mise en demeure.