Bitcoin : Un lac transformé « en jacuzzi » à cause d’une centrale de minage

PERTURBATION Le réchauffement d’un lac inquiète particulièrement les habitants et les autorités, dans l’État de New York à cause d’une usine qui travaille au minage de bitcoins

20 Minutes avec agence
— 
Illustration du Bitcoin.
Illustration du Bitcoin. — STRF/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

Dans l’État de New York, aux États-Unis, un lac a vu sa température augmenter de manière considérable. Il s’agit du lac Seneca, le plus grand des Finger Lakes, un groupe de lacs glaciaires. Une augmentation perçue par les habitants, qui pointent du doigt une centrale électrique au gaz, rapporte le média NBC.

« Le lac est si chaud que vous avez l’impression de vous trouver dans un jacuzzi », assure une des habitantes. Ce dernier habite à proximité de l’usine détenue par Atlas Holding et exploitée par Greenidge Generation LLC. Une usine dont la puissance a été augmentée depuis plusieurs mois pour le minage de bitcoins, la cryptomonnaie.

De l’eau pour refroidir les ordinateurs

Cette centrale alimente 8.000 ordinateurs qui travaillent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sur les Bitcoins. Une activité telle que les appareils doivent toujours être refroidis, afin d’éviter une surchauffe. Ainsi, Greenidge Generation utilise l’eau froide du lac Seneca et y rejette l’eau chaude. En quantité trop importante, cette dernière a finalement réchauffé tout le lac. Le phénomène est tel que les activités nautiques habituellement pratiquées ont été annulées. L’impact sur l’écosystème ainsi que la faune et la flore inquiète également.

L’inquiétude grandit, surtout parce que l’entreprise qui gère l’usine ne compte pas réduire la cadence, au contraire. Elle assure tout de même respecter les règles de l’État de New York.

Un impact sévère sur l’empreinte carbone

Les habitants espèrent que des décisions seront rapidement prises, d’autant que le permis d’exploitation du lac doit être renouvelé en septembre. Les habitants et les responsables locaux demandent l’intervention du gouvernement fédéral afin de protéger le lac.

Plusieurs études ont déjà démontré l’impact négatif des cryptomonnaies sur l’empreinte carbone. Pourtant, cette activité ne fait que croître et de nouvelles usines comme celle du lac Seneca pourraient prochainement voir le jour, en nombre.