Apple lifte ses ordinateurs de bureau, sans tambour ni trompette

HIGH-TECH Au programme: un nouveau Mac mini, un iMac 24’’ et un Mac Pro surpuissant...

Philippe Berry

— 

La gamme d'ordinateurs de bureau d'Apple
La gamme d'ordinateurs de bureau d'Apple — Apple
De notre correspondant à Los Angeles


Conséquence de la récession pour les uns, nouvelle stratégie en l’absence de Steve Jobs selon les autres: Apple a fait preuve d’une étonnante sobriété pour annoncer ses nouveaux produits. Disponible dès mardi, y compris en France:

  • Un nouveau Mac Mini, cadencé à 2 GHz, embarquant par défaut 1 Go de ram, une GeForce 9400M et un disque dur de 120 Go. Attention, il faut rajouter clavier/souris/écran. Le tout démarre à 599 dollars, soit, avec la magique conversion des produits high tech (1$=1€)... 599 euros.
  • Un iMac avec un écran de 24’’, 4 Go de ram et un disque dur de 640 Go, au même prix que la génération précédente des 20’’ (1.399 euros)
  • Une nouvelle génération de Mac Pro équipée du processeur Xeon  «Nehalem» d’Intel (2.299 euros pour le «simple» quad-core et 2.999 euros pour le double)
 
Le marketing «photo volée»
 

Après s’être concentré sur l’iPhone et ses ordinateurs portables, Apple s’occupe donc enfin de sa gamme d’ordinateurs de bureau. Mais cette fois-ci, pas de mise en scène théâtrale, de méga conférence. Non, Steve Jobs en retrait pour raisons de santé, Apple a laissé la rumeur créer le buzz.

 

CNN Money appelle ça «le marketing de la photo volée». Depuis plusieurs mois, de nombreuses rumeurs circulaient, notamment sur le Mac Mini –certains voyaient même Apple l’abandonner. Le 19 février, une photo de mauvaise qualité apparaît sur le forum de Mac Rumors, montrant cinq ports USB. Repris sur tous les sites consacrés à la firme à la pomme, le cliché est analysé sous toutes les coutures. Verdict de beaucoup: montage! Ils avaient tort.

 

On ne saura jamais si Apple a intentionnellement laissé «fuiter» cette photo –quand on connaît la paranoïa régnant dans le groupe, un accident semble assez improbable. Ce n’est pas non plus la première fois que cela se produit et que l’entreprise joue sur la rumeur. Mais alors qu’Apple a annoncé la fin de sa participation au MacWorld –traditionnelle scène de ses annonces fracassantes  par le passé– on vient peut-être d’avoir un aperçu de la nouvelle communication du groupe. Moins d’esbroufe, mais autant d’efficacité.

 
 
Si la tendance se confirme, le «wow effect» habituel va-t-il vous manquer?