Starlink : Le service Internet d’Elon Musk bientôt disponible dans le monde entier

CONNEXION La présidente de Starlink, Gwynne Shotwel, a avancé la date de septembre prochain pour « une couverture globale ininterrompue » de la connexion à Internet via les satellites lancés par SpaceX

20 Minutes avec agence

— 

Des satellites du réseau Starlink visibles dans le ciel en Angleterre, le 22 avril 2020.
Des satellites du réseau Starlink visibles dans le ciel en Angleterre, le 22 avril 2020. — Stephen Chung/LNP/REX/SIPA

Starlink, le service d’accès à Internet via des satellites mis en orbite par SpaceX, devrait être opérationnel « après une échéance qui nous emmène en septembre, à peu près », a annoncé Gwynne Shotwel, la présidente de Starlink. Elle s’est exprimée ce mardi dans le cadre d’une conférence en ligne sur le thème de la technologie et elle y a détaillé le processus en cours, rapporte Reuters.

« Nous avons déployé environ 1.800 satellites avec succès et une fois que tous ces satellites auront atteint leur orbite opérationnelle, nous aurons une couverture globale ininterrompue », s’est félicitée la dirigeante. À terme, le projet de connexion Internet Starlink devrait reposer sur 12.000 relais dans l’espace. Le coût de l’opération avoisine les 10 milliards de dollars (8,4 milliards d’euros), a indiqué Gwynne Shotwel.

500.000 précommandes

Le volet technologique du projet n’est pas le seul à prendre en compte pour développer ce service destiné aux utilisateurs ne disposant pas autrement d’une connexion haut-débit. Une fois les liaisons disponibles, l’entreprise devra effectuer plusieurs démarches administratives. La présidente de Starlink a ainsi évoqué « un travail de régulation [impliquant d'] aller dans tous les pays et d’y recevoir une autorisation de fournir un service de télécommunication ».

La version bêta du réseau Internet par satellite propose des services dans 11 pays différents, a précisé Gwynne Shotwel. En mai dernier, le PDG et fondateur de SpaceX, Elon Musk, avait fait savoir que plus de 500.000 personnes dans le monde avaient déjà précommandé un abonnement à la connexion. Le milliardaire avait affirmé avoir les moyens matériels et technologiques de faire face à une telle demande.