Alpes-Maritimes : Le « loup de Valberg » aurait été tué par des braconniers

ANIMAUX Le loup avait été relâché durant l’été 2020 après être resté un an en observation par l’Office français de la biodiversité

E.M. avec AFP

— 

Un loup (illustration)
Un loup (illustration) — Christophe Gateau/AP/SIPA

Des associations de protection de la nature soupçonnent des braconniers d’avoir tué le «  loup de Valberg », le nom donné à l’animal en référence au village des Alpes-Maritimes où il a été aperçu pour la première fois à l’automne 2019.

À l’époque, le louveteau avait été isolé et placé en observation par des agents de l’Office français de la biodiversité (OFB). Un an plus tard, il avait été relâché dans la nature équipé d’une balise GPS afin de pouvoir le localiser.

Les associations réclament plus de lumière sur cette histoire

Le 22 janvier, le collier émetteur a été retrouvé à Plan-de-Baix, dans le sud du Vercors, déposé anonymement par un ancien berger, sympathisant de plusieurs associations, a communiqué ce lundi France nature environnement (FNE). L’organisation avait déjà signalé le 7 décembre à l’OFB que l’animal était probablement mort, d’après des sources anonymes. La Fédération départementale des chasseurs (FDC 26) avait relayé la présence du loup avec des photos au début du mois de novembre.

« Le fait que le collier ait été neutralisé pour ne plus émettre, qu’il ait été détaché du cou de l’animal et qu’il ait été déposé en un lieu précis, traduisant une volonté manifeste d’informer les associations de protection de la nature, élimine le scénario de la découverte fortuite du loup tué accidentellement par un véhicule », considère FNE. La fédération réclame plus de lumière sur cette histoire.

Le ministère de la Transition écologique a indiqué qu’une expertise était en cours sur le collier « pour voir ce qui peut en être tiré ».