L’Italie bloque en urgence TikTok après la mort d’une fillette de 10 ans pendant un « jeu du foulard »

RESEAUX SOCIAUX L’Autorité pour la protection des données personnelles a indiqué « bloquer le réseau social » chinois avec effet immédiat et jusqu’au 15 février

H. B. avec AFP

— 

Illustration de TikTok.
Illustration de TikTok. — AFP

C’est une première. L’Italie a annoncé vendredi avoir provisoirement bloqué l’accès de TikTok aux utilisateurs dont l’âge n’est pas garanti, une mesure prise en urgence après la mort d’une fillette qui participait au « jeu du foulard » sur le réseau social. L’Autorité pour la protection des données personnelles a indiqué dans un communiqué « bloquer le réseau social » chinois avec effet immédiat et jusqu’au 15 février, date à laquelle il devra avoir répondu à ses injonctions.

D’ici là, interdiction lui est faite d’exploiter « les données des utilisateurs dont l’âge n’a pas été établi avec une sécurité absolue », a détaillé l’autorité indépendante. Cette mesure doit en principe rendre impossible la création d’un compte si un utilisateur n’apporte pas de preuves de son âge.

Son inscription sur TikTok « n’a pas été refusée » malgré son jeune âge

Cette décision intervient quelques heures après l’annonce de la mort à Palerme, en Sicile, d’une fillette, asphyxiée alors qu’elle participait à un défi au « jeu du foulard » en se filmant avec son téléphone portable sur TikTok. Antonella, 10 ans, s’était enfermée mercredi dans la salle de bains de la maison familiale pour participer à un « black-out challenge » sur la plateforme, tout en s’enregistrant avec son portable.

Son inscription sur le réseau, très populaire chez les adolescents, « n’a pas été refusée par l’entreprise » malgré son jeune âge, « inférieur aux 13 ans minimum prévus par la plateforme », souligne aujourd’hui l’Autorité de protection des données.

Une enquête pour « incitation au suicide »

Le parquet de Palerme a indiqué avoir ouvert une enquête pour « incitation au suicide ». Le téléphone portable de la fillette a été saisi par les enquêteurs, qui devront déterminer si Antonella était en direct avec d’autres participants, si quelqu’un l’avait invitée à participer au défi ou si elle réalisait cette vidéo pour un ami ou une connaissance.

Les parents ont raconté au quotidien La Repubblica que c’est la sœur d’Antonella, âgée de neuf ans, qui leur a expliqué ce qui s’était passé : « Antonella faisait le jeu de l’asphyxie ». « Nous n’en savions rien », a expliqué le père de la fillette au journal, « nous ne savions pas qu’elle participait à ce jeu. Je savais qu’Antonella allait sur TikTok pour des chorégraphies, pour voir des vidéos. Mais comment pouvais-je imaginer cette atrocité ? »

En réaction à cette tragédie, la plateforme lancée en 2016, qui revendique 100 millions d’utilisateurs en Europe, a publié un communiqué : « La sécurité de la communauté TikTok est notre priorité absolue, nous sommes à la disposition des autorités compétentes pour collaborer à leur enquête ».

Des appels à la régulation des réseaux sociaux

L’Autorité italienne de protection des données avait déjà lancé une procédure contre TikTok en décembre 2019. Elle lui reproche notamment son « manque d’attention à la protection des mineurs, la facilité de contourner l’interdiction de s’inscrire pour les plus petits et le manque de transparence et de clarté des informations données aux usagers ainsi que les réglages prédéfinis non respectueux de la vie privée ».

Le décès de la petite Palermitaine a suscité de vives réactions en Italie, et des appels à la régulation des réseaux sociaux. « Les réseaux ne peuvent pas devenir une jungle où tout est permis, y compris ce que la loi interdit dans le monde réel », a notamment estimé la présidente de la commission parlementaire chargée de la protection de l’enfance, Licia Ronzulli.