Les utilisateurs de WhatsApp devront bientôt partager leurs données avec Facebook et ses entités

VIE PRIVEE Les personnes utilisant la messagerie auront jusqu’au 8 février prochain pour accepter ces nouvelles conditions d'utilisation ou renoncer à l’application

20 Minutes avec agence

— 

Les nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp entreront en vigueur le 8 février prochain.
Les nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp entreront en vigueur le 8 février prochain. — Geeko

WhatsApp prévoit de renouveler ses conditions d’utilisation d’ici au 8 février prochain. À partir de cette date, tous les utilisateurs de la messagerie devront obligatoirement partager leurs données avec Facebook et ses différentes entités, rapporte Phonandroid.

Certaines personnes ont déjà reçu une notification les informant de ce changement, qui pourrait passer inaperçu au premier abord. L’application, rachetée par Facebook en 2014, présente en effet ces nouvelles conditions comme plus avantageuses en matière de sécurité et d’intégrité.

Photo de profil, contacts et adresse IP

Partager des données avec Facebook, Instagram ou Messenger permettrait ainsi à WhatsApp d'« exploiter, fournir, améliorer, comprendre, personnaliser, prendre en charge et commercialiser [ses] services et leurs offres ». Sauf que le système de messagerie pourra bientôt transmettre un nombre important d’informations sur ses utilisateurs en ne leur laissant pas le choix de refuser.

Votre numéro de téléphone, votre nom, votre photo de profil, votre statut, vos contacts, vos données de transactions ou encore votre adresse IP pourront ainsi être communiqués au réseau social et à ses filiales. Jusqu’ici, WhatsApp laissait le choix à ses utilisateurs de refuser un tel partage de données personnelles.

L’appli pourrait être boudée

Ceux qui n’accepteront pas ses conditions d’utilisation ne pourront bientôt plus utiliser l’application et n’auront plus qu’à la désinstaller. Cette disposition concerne tous les pays du monde et représente un tournant. En effet, WhatsApp faisait jusqu’ici figure de bon élève en matière de protection des données personnelles. Cette nouvelle trajectoire pourrait pousser des utilisateurs à télécharger des messageries alternatives plus respectueuses de la vie privée, à l’image de Signal.