Non, Michel Sardou n'a pas tenu ces propos xénophobes qui lui sont attribués sur les réseaux sociaux

FAKE OFF Le chanteur et comédien a déjà dénoncé une « usurpation d'identité » 

M.Co.

— 

Michel Sardou à Nice, le 5 mai 2011.
Michel Sardou à Nice, le 5 mai 2011. — BEBERT BRUNO/SIPA

Alors qu’elle circule depuis plusieurs années sur Internet, une longue et fausse citation attribuée à Michel Sardou resurgit depuis lundi sur Internet, trois jours après l'attentat qui a visé un professeur à Conflans-Sainte-Honorine. Commençant par « Moi l’islam je m’en bats le coquillard », la diatribe xénophobe s'en prend aux « cultures allogènes ».

FAKE OFF

Michel Sardou avait fermement condamné ces écrits en 2015, alors qu’ils circulaient sous la forme d’une lettre qu’il aurait écrite à François Hollande. « Il est bien évident que la "lettre" publiée sur les réseaux sociaux et adressée à François Hollande est un faux », avaient alors souligné des représentants du chanteur et comédien sur sa page Facebook officielle. « C’est une usurpation d’identité. »

Auprès de Franceinfo, Michel Sardou se déclarait « abasourdi, effondré, sur le cul » après la publication de ce texte. « Je suis tout sauf ce qu’ils disent ! Je n’ai jamais été raciste de ma vie, ni islamophobe ! C’est pire qu’une insulte ou une gifle », avait-il alors lancé.

Une plainte avait été déposée auprès de la préfecture de police de Paris, avait indiqué son attaché de presse au Monde.

Avant d’être attribué à Michel Sardou, ce texte circulait depuis au moins 2010 sur des blogs québécois, comme l'avait repéré Arrêt sur images.