Paris : Une enquête ouverte après l'agression de deux femmes dimanche au Champ-de-Mars

FAKE OFF L'agression des femmes a été relayée par des internautes, qui expliquent que les victimes « portaient le foulard ». « A ce stade des investigations, aucun élément ne permet d'accréditer la thèse d'un mobile raciste ou lié au port du voile », confie une source

20 Minutes Fake off

— 

La Tour Eiffel, le 18 octobre.
La Tour Eiffel, le 18 octobre. — Dominique Boutin/SIPA
  • Deux femmes ont été agressées dimanche à Paris. Grièvement blessées, elles ont été conduites à l’hôpital en urgence absolue, sans pronostic vital engagé.
  • « A ce stade des investigations, aucun élément ne permet d’accréditer la thèse d’un mobile raciste ou lié au port du voile », confie une source proche du dossier à 20 Minutes.

Edit : Ajout du témoignage d'une victime paru dans Libération.

Que s’est-il passé dimanche soir, au pied de la Tour Eiffel, en plein cœur de Paris ? Le récit d’une agression de deux jeunes femmes circule sur les réseaux sociaux depuis lundi soir.

« Hier soir sur le Champs de Mars, au pied de la Tour Eiffel, deux femmes se sont fait poignarder, elles portaient le foulard. Elles seraient aujourd’hui dans un état critique », a annoncé un internaute sur Facebook, dans un post partagé plus de 1.600 fois depuis sa publication lundi. Ce message, qui est accompagné de plusieurs documents, a été relayé plusieurs dizaines de milliers de fois sur Twitter par plusieurs comptes.

FAKE OFF

Deux femmes ont effectivement été agressées dimanche soir, vers 20 h, dans le 7e arrondissement de Paris, apprend 20 Minutes de sources concordantes. En revanche, « à ce stade des investigations, aucun élément ne permet d’accréditer la thèse d’un mobile raciste ou lié au port du voile », nous confie une source proche du dossier. Selon un rapport de la police, consulté par 20 Minutes, tout commence lorsque les deux victimes sont importunées par deux chiens en liberté sur le Champs de Mars. Un différend éclate alors entre les promeneuses et les deux propriétaires des animaux, deux femmes fortement alcoolisées.

L’une d’elle porte subitement des coups de couteau aux victimes avant de prendre la fuite. Les deux femmes, grièvement blessées, sont conduites par le Samu à l’hôpital en urgence absolue, sans pronostic vital engagé. Plus tard, la complice de la femme suspectée d’avoir porté les coups de couteau est retournée sur les lieux où elle a été interpellée avant d’être placée en garde à vue. L’arme utilisée n’a pas été retrouvée.

Kenza, une des victimes, a confirmé auprès de Libération l'altercation au sujet de chiens non tenus en laisse, mais confie qu'une insulte raciste aurait été proférée pendant l'agression.

Une enquête a été ouverte, confiée au commissariat du 7e arrondissement, précise la préfecture de police dans un communiqué.