Steve Jobs a maigri, et alors?

AA avec agence

— 

Le groupe américain Apple a réalisé des bénéfices et des ventes record pour le trimestre clos fin décembre, le premier de son exercice 2007-2008, mais ses prévisions prudentes ont déçu les marchés, faisant plonger l'action dans les échanges électroniques d'après-clôture.
Le groupe américain Apple a réalisé des bénéfices et des ventes record pour le trimestre clos fin décembre, le premier de son exercice 2007-2008, mais ses prévisions prudentes ont déçu les marchés, faisant plonger l'action dans les échanges électroniques d'après-clôture. — Tony Avelar AFP/Archives

On le savait: Steve Jobs, le patron d’Apple, ne sera pas là pour le MacWorld, un immense salon consacré aux nouvelles technologies qui gravitent autour des produits fabriqués par la société à la pomme. Un raout qui ouvre ce mardi à San Francisco. Sans plus d’explication sur son absence, les spéculations allaient bon train sur son état de santé. D’autant que le dirigeant, âgé de 53 ans, a déjà souffert d’un cancer en 2003 et qu’il était apparu amaigri ces derniers temps.
 
Communication à J-24


Or, 24 heures avant l’ouverture du MacWorld, le dirigeant de la firme à la pomme a pris la parole via une lettre ouverte à «la communauté d’Apple».
 
«Comme beaucoup d'entre vous le savent, j'ai perdu du poids tout au long de 2008, explique ainsi Steve Jobs. La raison en était un mystère pour moi et mes médecins (...) Heureusement, après des analyses supplémentaires, mes médecins pensent avoir trouvé l'explication: un déséquilibre hormonal qui m'a "volé" les protéines dont mon corps a besoin pour être en bonne santé.»
 
Selon le patron d’Apple, le traitement qu’il suit lui permettra de retrouver un poids normal d’ici le printemps. Une déclaration qui pourrait avoir des répercussions sur le titre Apple en bourse. Le 17 décembre dernier, selon «Challenges», le titre avait perdu plus de 6% en séance tandis que les rumeurs allaient grandissantes sur l'état de Steve Jobs.

Toujours en poste

Ceux qui se demandaient si celui-ci pourrait assurer son job au sein de la société, avec une santé fragile, n’auront pas la réponse tout de suite. Dans un communiqué séparé, le conseil d'administration de la société a assuré son «plein et entier soutien pendant qu'il se remet» à son dirigeant. Lequel a confirmé, dans sa lettre: «Je continuerai à être PDG d’Apple pendant ma convalescence.» Et pour enfoncer le clou, il a ajouté qu'après onze ans à travailler pour cette firme, il serait le «premier à (s)e lever et à le dire à notre conseil d’administration (s'il) ne pouvai(t) plus remplir ses prérogatives de PDG d’Apple.»