SeaBubble: Les « taxis volants » sur l’eau entreront en production dès janvier 2021

CE RÊVE BLEU 50 Seabubbles sortiront des lignes d'assemblages et neuf ont déjà été commandés

20 Minutes avec agence

— 

Les navettes volantes de SeaBubble sur la Seine
Les navettes volantes de SeaBubble sur la Seine — Francis Demange

La production des SeaBubbles, les «  taxis volants » sur l’eau, débutera normalement en janvier 2021. Les livraisons commenceront « six mois plus tard », selon Alain Thébault, fondateur de la start-up française rapporte Capital.

Le concepteur se laisse jusqu’à décembre pour finaliser la version définitive de son singulier engin. Alain Thébault souhaite développer le transport aquatique dans les grandes villes. Le PDG promet « une absence de bruit, de vagues, de pollution et un véhicule qui recrache juste de la vapeur d’eau grâce à sa propulsion à l’hydrogène ».

Neuf SeaBubbles déjà commandés

L’engin dispose de sept places dont une pour le pilote. Il peut voler à 50 cm au-dessus de l’eau en utilisant un système de propulsion hydraulique. Cette élévation permet d’obtenir « 30 % à 40 % de frein en moins », assure Alain Thébault.

Cinquante SeaBubbles devraient être mis en production au prix de 250.000 euros pièce. Neuf ont déjà été commandés. Plusieurs villes, dont Dubaï, Venise, Zurich et Paris, ont exprimé leur intérêt pour ce nouveau mode de transport. Reste à lever certaines contraintes. A Paris, la réglementation impose par exemple une vitesse maximum de 12 km/h sur les rivières, limitant l’intérêt de ces taxis.