Dix conseils pour photographier les animaux sauvages avec succès

PHOTOGRAPHIE Les animaux sont fascinants mais leur tirer le portrait n’est parfois pas chose facile

Jalil Chaouite pour 20 Minutes

— 

10 conseils pour photographier les animaux sauvages
10 conseils pour photographier les animaux sauvages — Geeko

Réussir à prendre en photo un animal n’est pas aisé. Voilà nos conseils.

Attendez le bon moment

Il y a deux façons de prendre LA photo qui va vous rendre fière. La première est d’avoir un coup de chance inouï et d’être au bon endroit, au bon moment, avec les bons réglages sur votre appareil. La deuxième est de ne pas précipiter les choses et de prendre le temps d’observer votre sujet pour en tirer le meilleur. Apprenez à connaître ce que vous photographiez, de façon à capturer son meilleur profil ou l’action qui fera toute la différence.

Ayez le bon matériel

Nous ne sommes pas tous égaux en photographie. Si rien ne remplace l’œil du photographe et sa capacité à composer une scène, le matériel joue tout de même un rôle important sur le cliché final. Le plus indiqué pour la photo animalière est de se munir d’un téléobjectif qui permet de se placer relativement loin du sujet et ainsi de ne pas interférer avec lui. Les chances de capturer une belle image seront plus grandes si le sujet ne sait même pas que vous êtes là. Un bon 70-300 mm ou un 100-400 mm feront des merveilles, surtout s’ils sont montés sur un boîtier avec un capteur APS-C, qui grossit la scène d’environ 1,5 fois par rapport à un appareil plein format. Un bon appareil compact équipé d’un zoom puissant fait aussi l’affaire. Qui dit longueur focale importante dit flous de mouvement exacerbés. Assurez-vous donc de choisir un objectif stabilisé, d’avoir une vitesse d’obturation élevée ou bien d’utiliser un trépied afin d’obtenir un résultat correct.

Shootez à un moment précis de la journée

Si vous pouvez vous permettre de choisir quand photographier dans la journée, privilégiez les levés et couchés de soleil. La lumière douce vous offrira la meilleure diffusion possible, par opposition au milieu de la journée où il est quasiment impossible d’avoir un résultat flamboyant. Quand le soleil est haut dans le ciel, il devient compliqué de jouer avec la lumière et les risques de surexposition sont grandement augmentés. Si les animaux sont en pleine sieste, vous perdez en plus la chance de capturer des images d’action. La bonne luminosité est donc primordiale pour un cliché réussi.

Composez votre image

Prendre un animal en photo ne suffit pas à le mettre en valeur. Si certaines espèces comme les lions ou les éléphants sont assez impressionnantes pour justifier une mise en scène minimale, rien ne vaut une photo pensée. Jouez avec des éléments du décor, utilisez des arbres pour cadrer votre sujet, varier la hauteur et les angles, jouez avec la règle des 2/3 – 1/3, bref, composez votre image.

Montrez le paysage

Si les gros plans marchent souvent bien pour la photo animalière, il est aussi intéressant de montrer le sujet dans son environnement naturel. Un ours polaire qui remplit l’image ? C’est bien. Mais un ours polaire qui pêche sur sa banquise et se trouve au beau milieu d’un désert de glace, c’est mieux. Sur une série de photos, pensez à varier les longueurs focales et à inclure un peu de paysage pour mieux raconter une histoire.

Visez les yeux

Rien de plus frustrant que de penser avoir pris une bonne photo pour se rendre compte ensuite en la regardant sur un grand écran que la mise au point n’est pas là où vous l’auriez souhaité. La plupart du temps, quand vous utilisez une grande ouverture pour avoir un arrière-plan flou sur un sujet statique, il faut faire la mise au point sur les yeux de votre sujet. Comme pour un portrait humain, les yeux sont souvent la première chose que l’on regarde sur le sujet. S’ils sont légèrement flous, l’impression d’avoir ramené une photo ratée est immédiatement présente. Veillez donc à bien connaître votre matériel pour choisir le bon collimateur autofocus au moment de faire la mise au point avant de déclencher.

Figez l’action

Les oiseaux peuvent être extrêmement rapides et changer de direction de façon inopinée. Pour être sûr de ne pas manquer une miette de l’action et avoir un sujet net, une vitesse d’obturation rapide est indispensable. La vitesse d’obturation adéquate dépend de la vitesse à laquelle votre sujet se déplace, mais 1/1000ème de seconde est un bon point de départ. Vous pouvez également utiliser le mode sport de votre appareil s’il en a un et que vous n’êtes pas sûr de vos réglages. Un mode rafale performant est également très utile sur les photos d’action.

Donnez une impression de vitesse

A l’inverse du point 7, il est parfois préférable de donner une sensation de vitesse sur la photo. Pour ce faire, il convient de choisir une vitesse d’obturation plutôt lente puis de suivre le mouvement du sujet avec l’appareil. L’effet obtenu est un sujet net sur un arrière-plan flouté par le mouvement. C’est ce qu’on appelle un filé (panning shot en anglais). En gros, commencer avec une vitesse de 1/200ème ou 1/160ème est un bon début. Plus vous aurez de l’expérience, plus vous pourrez baisser la vitesse et atteindre des valeurs comme 1/50ème de seconde. Plus votre vitesse sera basse, plus votre sujet se détachera de l’arrière-plan qui, lui, sera complètement flou. En revanche, plus votre vitesse sera basse, plus il sera difficile de garder le sujet net. De longues heures d’entraînement sont nécessaires pour maîtriser le filé, mais quand il est réussi, c’est le procédé parfait pour des animaux qui courent.

Shootez à travers des éléments du décor

Afin de varier un peu vos photos, utilisez le décor à votre avantage. Shooter à travers des hautes herbes donnera un côté sauvage alors qu’utiliser le tronc d’un arbre sur un coin de votre photo pourra faire penser à une photo embusquée. Une feuille placée devant une partie de l’objectif pourra apporter une touche de couleur et de la profondeur de champ tandis qu’une flaque d’eau sera parfaite pour une photo créative. Un prisme vous aidera à jouer avec la distorsion des formes et projettera de jolis arcs-en-ciel sur l’image. Des filtres à visser sur les objectifs permettent aussi d’obtenir différents effets plus ou moins marqués. Si vous trouvez vos photos un peu plates, essayez donc de varier vos techniques de prise de vues.

Pensez macro

Les insectes sont plus difficiles à capturer que les animaux plus gros parce qu’il faut souvent s’approcher de près afin d’en saisir tous les détails. C’est là qu’un objectif macro devient utile, puisqu’il permet de s’approcher extrêmement près du sujet tout en l’isolant du reste pour le mettre en valeur. Avoir un tel objectif dans son sac permet de varier les types de photos et de s’intéresser à des détails que l’on n’aurait pas remarqués sur une photo classique. Il faut donc y penser au moment de choisir vos armes pour partir à la chasse aux clichés.