Apple : Des applications pour iPhone épinglées pour leurs pratiques douteuses

APP STORE Les « fleecewares » proposent des outils simples en apparence, mais à des prix élevés

20 Minutes avec agence
— 
Logo de l'App Store
Logo de l'App Store — Geeko

Si le magasin d’application App Store fait la chasse aux malwares, les « fleecewares » ne semblent pas concernées, rapporte Le Parisien. Celles-ci, qui ne mettent pas en danger la sécurité d’un compte ou d’un appareil, facturent cependant des services rudimentaires au prix fort.

La société de cybersécurité Sophos en a trouvé une trentaine sur l’App Store, dont quelques-unes sont détaillées par le quotidien francilien. Si ces applications sont d’abord gratuites, il faut ensuite passer par une formule d’abonnement pour utiliser les fonctions qu’elles proposent.

Une dizaine d’euros par semaine

« Elles rendent des services gratuits ou vraiment basiques, avec des abonnements à des tarifs exorbitants comme une dizaine d’euros par semaine », explique Michel Lanaspèze, le directeur marketing France de Sophos. La simple suppression de l’application ne suffit pas à stopper les prélèvements, « il faut parfois contacter les éditeurs sur leur site Internet pour se désinscrire et arrêter de se faire plumer » explique-t-il.

Interrogée, Apple renvoie aux règles mises en place pour les éditeurs d’applications. « Nous ne distribuons pas d’applications ou d’achats intégrés qui sont clairement du vol et nous rejetons les applis chères qui trichent auprès des utilisateurs avec des prix élevés irrationnels », peut-on lire dans ce document relayé par Le Parisien. « Le problème est que l’App Store profite de 30 % des revenus générés par ces applications », déplore le responsable de Sophos.